Place à la douceur, au repos. Le mot d’ordre d’un dimanche parfait. 

Il faut dire que la « semi-crève » que j’ai depuis quelques semaines m’a épuisée. Je ne dis pas la crève parce que j’avais tout simplement rien attrapée, donc aucun médicament ne pouvait me soulager, j’avais juste à attendre de récupérer une voix à peu près normale et une forme d’enfer.

Hier, avec Pauline, on a passé, il faut le dire beaucoup de temps au Mariage frères puis j’ai été frappée par une irrésistible envie de dormir. Celle qui vous donne l’impression de vous emporter dans une autre dimension.

J’avais prévu d’aller à une soirée d’anniversaire mais je n’ai pas pu. Clouée au lit, impossible, ne serait-ce que de lever un bras. Mais je me suis laissée faire. Mon corps avait besoin de « ne rien faire ». Ce repos illimité.

C’est comme ça que malgré mon envie de « profiter » de mon si court week-end s’est plié aux ordres de mon corps. Pourtant, ne rien faire, c’est aussi la meilleure façon de profiter de son week-end.


Je suis alors allée chercher le fameux millefeuille de week-end à la Pâtisserie des rêves. J’aime cette pâtisserie et son univers depuis le début de l’enseigne, c’est-à-dire l’époque où ils n’avaient que leur boutique et charmant salon de thé rue de Longchamps dans le 16ème arrondissement. J’affectionne aussi le livre de pâtisserie de Philippe Conticini. À la vue de leur petit piquet rose trop mignon, je repense inévitablement la première fois que je me suis rendue là-bas. Je me rappelle encore de mon gâteau qui est arrivé sur un petit plateau depuis l’étage inférieur dans une sorte d’ascenseur entouré de ces petits piquets si emblématiques. Je mettais les pieds dans ce pays de rêves, un univers onirique que j’aime tant. Le salon de thé était aussi épuré sans tomber dans la niaiserie.

Même si c’est devenu depuis ce temps, une chaîne, j’apprécie toujours autant. Surtout lorsqu’ils ouvrent une boutique pas loin de chez moi. J’ai eu la force d’appeler la boutique à l’heure d’ouverture, depuis mon lit, pour me réserver un millefeuille pour 4-5 personnes, histoire de le partager en famille. C’est aussi ça le bonheur de dimanche cosy-cocoonning.

 Paisible. C’est l’adjectif qui caractérise cette fin de semaine, et qu’est-ce que c’est bon. Dieu sait que j’en avais besoin.

Demain, à l’attaque !

Bonne soirée et surtout un super début de semaine ❤ 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s