Ou devrais-je dire trois jours à Copenhague.

J’avais besoin de rompre le cercle vicieux qui m’empêchait d’être joviale, d’être énergique alors que je le suis naturellement et ce, la plupart du temps.

L’idée de partir en week-end quelque part en Europe, pas trop loin trotait dans ma tête depuis le week-end de la Toussaint mais il faut bien le dire, le temps était pourri quasi partout pendant ce week-end de 3 jours. J’étais assez dégoûtée de ne pas être partie mais je me suis consolée en regardant la météo qui annonçait un temps plus que pluvieux partout en Europe..

Ceci dit, mon envie de m’échapper du quotidien, partir en escapade était restée et s’était même accentuée au fil des jours.

Faute peut-être au temps nuageux et désespéremment gris. Un raz le bol. Quelle que soit la destination, il fallait que je parte.

Je rêve de neige, de montagnes depuis un certain temps, on le savait déjà mais puisque ce n’est pas encore pleinement la saison du ski, il aurait été dommage de partir pour ne pas profiter de ce sport alpin avec beaucoup de neige.

J’ai alors trouvé un compromis entre la montagne et la Laponie. Une destination pas très chère et pas très loin. Mon choix s’est naturellement porté vers le Danemark, précisément Copenhague.

On m’avait dit beaucoup de bien de cette ville à la limite de la Scandinavie.

La langue est ce qu’il y a de moins attirant dans ce pays.  C’est le pays du design, de raw food et surtout de la marque Hay design que j’aime beaucoup, sans oublier du top sublissime Freja Beha.

Je vous avoue que contrairement à mes habitudes, j’ai attendu la dernière minute pour « étudier » la ville et planifier mon « voyage » de courte durée. Je l’ai fait en une heure en arrivant à l’aéroport, en scrutant la Cartoville qui me permet à chaque fois de me faire une vague idée de l’ensemble des quartiers d’une ville où je me rends.

Ce petit bouquin avec le plan de chaque quartier permet de bien organiser et rentabiliser le temps et le voyage. ( je conseille vivement d’en acheter ).

En temps normal, je m’y prends à l’avance mais pour une ville à taille humaine comme Copenhague, s’organiser dans l’avion à la dernière minute suffit.

Il faut cependant avoir un hébergement bien placé pour gagner du temps et visiter la ville de manière efficace. Cela permet de tout ou presque visiter à pieds et ne prendre qu’une ligne directe depuis l’aéroport pour arriver à l’hôtel. Si vous partez à deux, prendre un hôtel central coûte à peine plus cher qu’une nuit dans une auberge de jeunesse plutôt central car les tarifs de nuité dans les auberges sont par personne alors que pour un hôtel, c’est pour la chambre à partager.  En étant bien placé, vous rentabiliserez vite la différence de prix car vous ne prendrez pratiquement pas le transport en commun. Personnellement, je n’ai pris le métro que pour faire le trajet A/R aéroport/centre-ville et deux fois le taxi lorsqu’on était trop fatigués. ( environ 80DKK environ 12euros pour faire Tivoli/Nyhavn )

Enfin, pour partir seulement deux trois jours, je vous conseille de ne pas prendre de bagage en soute. ça permet, une fois arrivée à l’aéroport de partir tout de suite profiter de sa journée.

Malgré une température qui oscillait autour de 7-11 degré Celsius (novembre),  j’ai eu la chance d’avoir du beau temps pour ne pas dire un temps magnifique les deux premiers jours. Le ciel bleu au-dessus de Copenhague, vous ne le verrez pas souvent. Surtout au mois de novembre. Les rayons de soleil lorsqu’il fait froid ont quelque chose d’exquis.

Voici la liste des choses que j’ai aimées et que je conseille fortement si vous ne savez pas trop quoi visiter/faire à Copenhague : 

Vol : pas cher par rapport à d’autres villes européennes via Easyjet ou Norwegian.

Hébergement : pas loin de Kongens Nytorv car desservi par les deux lignes de métro directes depuis l’aéroport et c’est parce que c’est au centre de tout et les principaux spots se visitent à pieds. Notamment, le Nyhavn, le port avec des maisons colorées se trouvent à une rue, le musée du design aussi, la petite sirène est un peu plus loin.

Le musée du Design danois, un coup de coeur pour le très joli musée Ny Glyptotek Carlsberg que j’ai vraiment adoré. Aussi bien l’endroit que la collection de sculptures de Degas (son travail préliminaire en bronze sur les danseuses et les corps tordus dans tous les sens ) et les tableaux danois. J’aurais pu y passer la journée.

Enfin, le Papirøen, un petit paradis de la street food. On y mange pour pas très cher et en plus, il y en a pour tous les goûts. Je me suis pris un petit curry thaï vert pour 80 DKK. Un jus de fruit bio coûte 30 DKK. Le café que j’ai pris là-bas était très bon.

 J’adore l’ambiance « root » qu’il y a là-bas et le style industriel. Il y a plein de food trucks à l’intérieur de cet ancien entrepôt de papeterie. On se pose, on chill’ et on peut aussi prendre du café à l’extérieur en ayant une vue dégagée sur la ville de Copenhague. C’est un endroit agréable et conviviale.

Egalement un immense coup de coeur pour le jardin danois  Botanisk Have avec les arbres de toutes les couleurs, son serre vraiment charmant (accès gratuit) et son ambiance paisible.  Le jardin d’à côté, le Kongens have est pas mal aussi avec son petit château.

En revanche, n’essayez pas trop de parler danois parce que même si je ne suis pas trop nulle en langue d’habitude, le danois est vraiment une langue difficile à appréhender.

Ce que je lisais n’avait rien à avoir avec ce que j’entendais. En revanche, les danois comme tous les scandinaves parlent très très bien anglais donc pas de soucis pour communiquer.

Enfin, concernant la nourriture, je vous avoue que je n’ai ni goûté la frikadelle ni le smorrebord car la morue dès le matin, je dis non merci.

Cependant, j’ai adoré les « opensandwich » et les tartines à base d’oeuf dur, crevettes et caviards. Oui, ils adorent les tartines froides à base de granola, vous savez ces tranches de pain danois qui ont une couleur noire avec plein de graines dedans. On aime ou on n’aime pas. Si ce pain ne me dérange pas, je préfère mille fois plus notre cher pain de compagne et baguette traditionnelle.

L’Atelier September est un endroit tendance et  il est bien situé. Pas loin de la place Kongens Nytorv. On s’y installe paisiblement et on va commander au bar.

Les café danois sont cosy et on peut vraiment s’y prélasser. Je n’ai pas fait de shopping à part faire un petit tour chez Hay design qui valait le coup près de l’allée centrale de Strøget. Je n’ai donc pas dépensé grand chose pendant mon week-end.

J’ai en revanche payé un tour illimité avec l’entrée que j’ai achetée en entrant dans le parc d’attraction Tivoli un soir. Ça vaut le coup si vous faîtes 3-4 attractions car les plus prisées coûtent environ 75 DKK pour un seul tour. Je vous conseille d’y aller plutôt le soir car le parc est plus joli avec les illuminations que de jour. En revanche, monter dans les attractions avec son sac et portable ou même appareil photo dans les poches de notre veste est strictement interdit.  Il faut les poser obligatoirement dans les étagères prévus à cet effet. Je sais que cela paraît étrange mais c’est comme ça. Si vous ne faîtes vraiment pas confiance à ce système de dépôt d’objets plus que précieux et surtout si vous n’avez pas envie de penser à votre portable pendant que vous avez la tête à l’envers, partez avec un petit sac et vous avez des consignes payants un peu partout dans le parc. Le système est simple et coûte normalement 30DKK pour une journée. La machine vous attribue un casier avec un code.

 Les marchés de Noël  présents un peu partout dans la ville étaient sympas aussi, même si les stands s’y ressemblent tous et vendent les mêmes produits.

Lorsqu’il pleut, il peut être intéressant de se rendre au Planétarium Tycho Brahe dans le sud de Copenhague avec son écran IMAX. Pour avoir accès au Planétarium, il faut acheter son ticket pour voir un film qui dure en tout 45min comme au cinéma avec une petite exposition. ça permet d’être au chaud puis j’ai adoré le petit film qui passait à l’heure où j’y suis allée, un film en 3D sur les dinosaures. On peut y aller facilement à pieds depuis Tivoli et personnellement j’y suis allée à pieds depuis la rue de Stroget.

Comme je suis de nature curieuse, j’ai aussi été faire un petit tour rapide dans le fameux Quartier « hippie » de Christiania. Histoire de voir de mes propres yeux à quoi il ressemblait. Bah, j’y suis restée moins de dix minutes. Rien de vraiment exceptionnelle. Une ambiance assez particulière quand même. Rien à signaler. La ballade dans le petit quartier de Christianshavn autour des canaux juste à côté vaut plus le coup.  ( une journée suffit pour  partir de Kongens Nytorv à pieds puis aller à Nyhavn pour traverser le pont pour rejoindre la petite « île » pour manger entre midi et deux au Papiroen et faire le tour de Christianshavn).

Je me suis surtout promenée pendant mon court séjour, dans le parc de Kastellet vraiment agréable qui donne sur la baie et en allant jeter un coup d’oeil à la petite Sirène d’Anderson, « juste un coup d’oeil » parce que si elle est emblématique, elle n’est pas pour autant exceptionnelle .. 

Je suis donc repartie de cette ville, avec un esprit positif, calme et profondément apaisé. Je n’ai pas senti une once de stress lorsque j’étais là bas et le froid m’a fait du bien.

J’y retournerai pour sûr et je la conseille tous ceux qui veulent se ressourcer en peu de temps, tout en visitant les parcs et les musées, en se balladant, profiter de l’ambiance un peu bohème et un peu bio.  Les adeptes de mode de vie « healthy » comme moi vont aimer.

On marche, on se déplace en vélo, on respire. 🙂 J’ai fait à pieds à peu près tous les quartiers centraux de Copenhague en ayant un peu délaissé celui de Vesterbro car le but premier de mon week-end c’était de me détendre et pas de faire la fête. Les journées me paraissaient étrangement longues alors qu’il faisait nuit tôt. J’ai eu le temps de profiter pour ne rien faire et m’imprégner de l’atmosphère féérique de la ville sans faire la touriste hyperactive qui visite 100 milles choses par jour. Je suis rentrée dans l’Amalienborg, joli sans prétention et voir de l’extérieur le château Rosenborg.  Pour moi, les promenades à faire absolument c’est dans le parc Botanisk Have et la ballade dans le jardin du Kastellet surplombant la baie et au retour, prenez le pont en bois et tournez à droite puis revenez vers le Nyhavn en faisant un coucou à la petite sirène.

PS : Pour les filles, les chaussures à talons, surtout si ce ne sont pas des bottines, laissez les dans votre placard. Elles n’ont pas ou peu d’utilité.. En revanche, un bon parapluie ou une veste coupe-vent- imperméable vont servir et vous verrez, vous n’aurez qu’une envie, c’est de vous acheter une bonne paire de gants, un bon bonnet voir un chapka et une grosse écharpe bien douillette. 😉

Pas besoin de ramener tout son maquillage non plus. Vous serez décoiffée, toute pâle avec un petit nez rouge. Mais ça a évidemment son charme.. !  Une petite crème hydratante et un baume à lèvres peuvent s’avérer être utiles.

XOXO     Midori

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s