Touche dorée au Travail ~ working girl outfit

Les Babies Helena en cuir tressé doré ont tout de suite été un coup de coeur. Et pourtant, je n’aime pas vraiment les chaussures « tape à l’oeil ».

Le cuir tressé apporte une touche vraiment particulière et recherchée.

En s’habillant pour aller travailler, j’ai souvent eu des doutes quant aux chaussures à assortir avec mes tenues. Pour cause, je mets souvent des pantalons tailleurs qui ne vont qu’avec des babies ou des talons. Or, porter une paire de talons hauts toute la journée, ce n’est juste pas possible.

Je finissais souvent par mettre pratiquement tous les jours mes mocassins et babies à petits talons et souvent de couleur noisette pour éviter le total look en noir ou marine. Ce qui est trop tristounet.

Je mets pourtant fréquemment des chaussures dorées en été et je regrettais de devoir les troquer contre des chaussures de couleurs plus sombres.

J’ai donc sauté sur ces babies dorées, qui ne sont bien sûr pas à assortir avec une tenue « bling bling » ou un peu voyante pour éviter de ressembler à une boule de noël. 😉

Il faut prendre la taille en dessous à moins d’avoir des pieds larges ou forts et attendre que les chaussures se fassent. A priori, elles se détendent avec le temps d’autant plus qu’il s’agit d’un cuir tressé. La version en daim clous se détendra à mon avis mais il reste l’option de prendre sa taille habituelle et d’y mettre des demi-semelles. Je ne suis pas sûre qu’avec l’usure, les babies restent suffisamment ajustées pour ne pas les perdre à la longue..

Intéressée par ces babies Sézane ? Je vous mets le lien direct : ICI

Les chaussures sont en rupture sur le site internet mais disponibles aux plusieurs points de vente et il faudra surveiller les retours clients du mercredi (10h).

Ces chaussures dorées vont égayer des tenues trop classiques et quelconque de bureau !

Je vous souhaite une bonne reprise d’activité !

When it snows outside, make some mille-crêpe : la chandeleur à Paris

Après le lot de galettes des rois dégustées, dont je ne compte plus le nombre, voici que cette nouvelle année nous apporte son lot de crêpe à l’occasion de la Chandeleur.

Ces crêpes qui sont sensées représenter le soleil, la lumière dont nous avons tant besoin en ce moment et pour mon cas à Paris.

Quand je manque de lumière, le moral est souvent en berne et je manque d’énergie. On dirait une plante qui parle.. !

La neige, surtout à Paris, c’est joli et assez inhabituel, c’est quand même normal qu’il neige en hiver, mais c’est surtout bien au ski. À Paris, ça devient vite embêtant ..

Je n’ai pas pu me rendre au travail ce matin donc j’ai été contrainte de rester « sagement » à la maison. Je n’aime pas trop ça, rester à ne rien faire quand j’ai le droit de ne rien faire .. allez comprendre.

C’est comme ça que j’ai fini par me préparer mes mille-crêpes matcha.

C’est facile à faire et c’est divinement bon. De quoi vous réjouir le temps d’un goûter.

Je commence doucement à apprécier ma journée de répit. Merci la neige …?

Surtout que cela ne dure pas longtemps.

Cette journée a en fait, très bien commencé, grâce à mon cher Amoureux qui ne peut s’empêcher de me manifester tout son Amour, à travers de toutes petites choses. Si jamais tu me lis … 😉

Bonne journée malgré tout !

Cadeaux de Noël ~ Parisi

Les décorations de Noël dans les rues me réjouissent énormément cette année.

Les festivités de fin d’année m’avaient manquées. Comme pour apporter une touche de magie à mon quotidien, que je dois avouer, défile à l’allure d’un TGV.

Je me surprends à rêver d’un voyage plus lent, dans un train de Province, en train de ne penser à rien si ce n’est l’arbre planté là, qui ne ressemble à rien.

Aupravant, j’étais cette personne qui se plaignait de devoir attendre 5min une rame de métro. Aujourd’hui, lorsqu’il y a un problème de train – c’est-à-dire- tous les jours – 😉 , je prends mon souffle et patiente parfois plus de 20 minutes. J’essaie malgré tout de ne pas me créer mon propre stress inutile. Facile à dire mais extrêmement difficile lorsque nos nerfs sont mis à l’épreuve quotidiennement.

Mais je progresse. Je serai en retard et je n’y suis pour rien. Mais que je m’énerve ou non, je serai de toute façon en retard. Me dis-je souvent pour me calmer.

C’est ainsi qu’en ce moment, j’en viens à réclamer chocolat chaud et dessert bien gourmand n’importe quand.

Cette ambiance de Noël me donne envie de gourmandise. De féerie magique.

C’est purement psychologique mais elle fait du bien.

Je n’ai acheté aucun cadeau, et je refuse de stresser. Après tout, à ceux que l’on voit souvent et auxquels on tient, on ne les voit pas seulement à Noël donc aucun stress à avoir.

Les idées cadeaux en revanche, ne manquent pas. L’argent peut-être … !

Joyeuses fêtes à tous. Profitez de bonnes choses mais surtout de votre famille.

Expo à Paris : Irving Penn au Grand Palais. Perso, je n’ai pas adoré. Ça manque cruellement de charme et je crois ne pas avoir de « connexion » avec l’artiste. Cela ne tient qu’à moi, mais je n’y suis pas sensible. A voir 😉

La fin de l’automne : la quête de pulls parfaits

Ding ding ding. C’est la fin de l’automne et les illuminations de Noël sont partout.

Je suis toujours surprise par la vitesse à laquelle le temps passe. Pour moi, on était encore début octobre hier et je peine à profiter de chaque instant. J’ai quand même passé de très bons moments par-ci par-là en jouant un peu au tennis ou en allant au théâtre et manger de bonnes choses. Je ne perds quand même pas le nord…

Aujourd’hui, je vous parle un peu de pull. Nos très chers compagnons de l’hiver. J’ai au fil du temps collectionné pas mal de pull doudoux Sézane, à commencer par les fameux Gaspard dont on ne présente plus, mais également les Lena et d’autres pulls moins classiques de la marque.

Cependant, il s’est avéré qu’ils « n’arrêtent » jamais de perdre leur poils, en marquant leur territoire absolument partout, au bureau, sur mes manteaux, mon lit mais également sur le sol de la maison, un peu comme un chat que l’on aime bien mais qui nous embête un peu …

C’est pourquoi, j’ai voulu tester et voir autres choses. J’ai choisi après hésitation et vaine tentative d’être raisonnable, de commander le fameux gilet d’Audrey LBD. Et je ne regrette absolument pas. Il se lave à la machine et ne perd pas ses poils. Le lavage à la main de mes pulls ne me manquera pas.

J’ai également réussi à mettre la main sur le long gilet camel qui me faisait de l’oeil depuis un certain temps mais que j’avais raté car il ne restait qu’en taille L chez Zara. Le rapport qualité prix est bon. Celui-ci ne gratte pas et ne perds pas ses poils, et ne s’étend pas non plus. Le petit plus que j’ai apprécié est sans doute la livraison par coursier offerte et extrêmement rapide. J’ai modifié l’adresse de livraison la veille avant minuit et le colis est arrivé à la bonne destination pendant le créneau choisi. Parfait !

Bonne semaine !

Cosy sunday w/ My little box Paris

Dimanche dernier, j’ai eu la chance d’être invitée au brunch organisé par My little box en partenariat avec OPI France et Le Petit Marseillais dans leur local qui vend du rêve pas loin de Sacré-coeur.

S’il est vrai qu’il est difficile le dimanche matin, après une soirée mouvementée, de se lever, il n’en était point pour aller bruncher en compagnie de personnes adorables.

J’y ai passé une très bonne matinée et cela m’a fait énormément du bien de prendre un peu de temps pour moi, à me faire vernir les ongles, en partageant de jolis mets préparés par Paulette is cooking et en préparant un baume corporel.

La couleur du vernis OPI que j’ai choisi parmi la collection ICE LAND était « I’ll have a gin and tectonic ». Une couleur rose abricot, facile à porter et parfaite pour l’automne. N’ayant pas trouvé en rayon cette couleur après une semaine, j’ai finalement opté pour « Excuse-me Big Sur » qui est moins orangé.

Quant aux produits Le Petit Marseillais qui étaient présentés par des représentantes de la marque, j’en connaissais la plupart car j’utilise pas mal leurs produits.

Sauf un, qui pour moi me semble indispensable, le spray hydratant nutrition express. C’est LE produit qu’il me fallait car j’ai une peau qui se déshydrate très vite. Je n’ai pas forcément le temps de m’enduire de crème corporel que je trouve trop grâce. J’avais l’habitude d’utiliser les Brumisateurs d’eau mais qui s’évaporait très vite.

Je suis également repartie avec la box cosy sunday de novembre.

Je vous avoue que je ne suis pas très « box » parce que je suis relativement difficile. J’aime choisir soigneusement chaque chose que j’utilise mais pour celles qui aiment découvrir chaque mois de nouvelles choses, je ne saurai que vous le conseiller.

J’ai aimé :

Le spray hydratant Nutrition express de la marque Le Petit Marseillais

Le vernis OPI « I’ll have a gin and tectonic »

Dans la box, particulièrement le kit tatoueur à sablés. J’ai hâte de préparer des sablés personnalisés.

La crème pour mains de Quiriness de la box. On en a jamais assez.

Les tartines Guacamole chèvre made by Paulette is cooking ! Un vrai coup de coeur.

Mais surtout la gentillesse de toute la team My little box et les intervenantes Le petit Marseillais et OPI, les autres participantes actives sur IG. 😉

Des Pulls tendance de la saison <3 

Les pulls douillets oversize sont toujours tendance cette saison. 

On les aime amples, à col roulé, maille serrée. 

Parmi mes préférés figurent le pull Orson de la collection d’automne de Sézane, le pull de la collection Ana de chez Pablo by Gérard Darel mais plus encore … 

Pull Free people, pull oversize côte anglaise Ana Girardot x Pablo, Pull XXL Zara

Ces pulls puisqu’ils sont amples et donnent du volume, se portent bien évidemment avec des pantalons slims ou droit, près du corps, des leggins bi-matière.., à la limite avec un pantalon Flare mais alors avec des talons qui allongent la silhouette. À éviter je pense si vous êtes petite comme moi.. 

Ils se portent très bien un peu rentré dans le pantalon ou une jupe. 

Pour ma part, j’ai choisi une version très ample mais coloré pour donner du peps à mes tenues d’automne. 

J’aime beaucoup cette mi-saison qui me permet d’être encore à l’aise, émitouflée mais sans être enfermée dans un manteau.

À ce sujet, d’ailleurs, j’ai enfin, malgré mes réticences craqué pour une veste en fausse fourrure. L’une des rares fois où je me permettrais de porter quelque chose de faux d’ailleurs, ni même un faux sourire.

Mais je vous en parlerai une prochaine fois.

J’ai profité de l’été indien pour enfiler un pull au dessus de ma robe confortable d’été 😉 pull Orson Sézane

Tendances de la rentrée 2017 

Yves Saint Laurent Paris, Pull Sophie Blush Sézane

Hello September ! 

Quel mois merveilleux ! Plein de renouveaux et d’objectifs. Je ne dis pas seulement ça parce que c’est mon mois d’anniversaire. 😉 

Chaque année, en septembre, vacances pris ou non, je suis en pleine forme prête comme jamais à attaquer une nouvelle année. ( scolaire encore un peu )

Je me rappelle vaguement de cette époque, tout juste sortie de l’adolescence, je me demandais souvent ce qui était « les tendances » du moment. Avec l’âge, je me rends compte que je ne m’y intéresse que guère. J’aime toujours autant les belles choses et surtout les beaux accessoires mais je mise de plus en plus sur de vrais coup de coeur que de petits coups de coeur bien souvent éphémères. Je mise avant tout sur la qualité et les pièces qui intègrent parfaitement mon dressing et si on peut appeler ça un style, mon style. 

Au fur et à mesure qu’on prend l’âge, on sait d’avantage ce qui nous va et assumer son corps devient plus facile. C’est véritablement à ce moment-là que j’ai commencé à prendre du plaisir à m’habiller. C’est pour moi, un des moyens de s’exprimer. Pas pour plaire aux autres ni pour ressembler à quelqu’un mais je me plais à constituer un dressing qui me ressemble en piochant des pièces par-ci, par-là. 

Il est cependant plus facile de dénicher des pièces qui sont tendances. 

Pour la rentrée, au niveau de la couleur, c’est le Blush. Rose poudré ou un rose entre framboise et corail. 

Le genre de couleur qui va égayer un peu les couleurs sombres d’automne ou d’hiver à venir, comme pour se rappeler des couleurs printanières mais plus foncées. C’est plutôt une bonne idée.

Les bottines à petits talons carrés reviennent en force. C’est la hauteur parfaite pour le bureau.

Les derbies sont toujours là ainsi que des bottines à lacets. 

Le rose Blush va très bien avec le cuir noir lisse et le camel mais j’aime surtout l’association avec la couleur voisine, le framboise !

Bonne rentrée à tous ! ❤

Bottines Léa Blush Sézane collection actuelle, Sac Drew Chloé
Joli sac Tiger multico Rose de Sézane ❤

Iced berry cheesecake dips <3 

 

 

Cheesecake glacé en petits morceaux étoilés : 

J’aime beaucoup les cheesecakes avec ou sans cuisson mais seulement à petite dose. C’est un dessert délicieux mais un peu écoeurant à haute dose. C’est pourquoi, quand l’envie me prend, je me prépare ces petits morceaux de cheesecakes glacés faciles à préparer.

Ma recette : 

J’utilise les bacs à glaçons fantaisie.  Pour réaliser ces petites gourmandises :

Il vous faudra pour le mélange d’une quantité que vous souhaitez ( pour environ 10 morceaux )

Ingrédients : ( environ 50g de chaque crème, en tout cas, pour le mélange : 50% de mascarpone, 50% de Philadelphia, 4 cuillères à soupe de crème liquide, 4 cuillères à soupe de sucre roux, quelques biscuits type Speculoos ou Oreos selon goût et quelques fruits rouges ( myrtille, fraise ou framboise). environ 20g de beurre demi-sel à faire fondre dans une tasse à espresso et quelques gouttes de jus de citron.

Mélanger la mascarpone et la crème Philadelphia dans un bol, jusqu’à ce que le mélange soit homogène et ajouter la crème liquide cuillère par cuillère tout en mélangeant et y ajouter du sucre et le jus de citron. Dans un autre bol, écraser à l’aide d’un marteau ou dans une poche à l’aide d’un rouleau à pâtisserie , les biscuits de votre choix jusqu’à obtenir des miettes assez fines.

Ajouter au mélange crémeux, les fruits de votre choix rapidement écrasés.

Dans le bol des biscuits, ajouter le beurre fondu et mélanger jusqu’à ce que les miettes « se lient ». Pour remplacer le beurre, vous pouvez utiliser 3 cuillères à soupe de miel.

Verser la crème uniformément dans les bacs à glaçons. Recouvrir l’ensemble d’une couche de biscuits en tassant un peu.

Placer les bacs à glaçon dans le congélateur pendant au moins une heure. Démouler et déguster.

Bonne dégustation !

Avocado toast ~ petit-déjeuner salé ~ 

Mes tartines du matin ❤ Avocado toast

« Tu prends quoi au petit-dèj ? » Fait partie des questions existentielles auxquelles je ne sais jamais quoi répondre. Pour la simple bonne raison, que je n’en prendsé pas systématiquement. On a beau me dire que ce n’est pas bien, qu’il faut prendre de l’énergie etc mais rien n’y fait. Et niveau réserve, je dirais que je me porte plutôt bien. Donc ceux qui s’inquiètent soit disant de ma forme, peuvent aller s’occuper de leur..  et je pourrais ainsi bien arrêter mon petit article sur le petit déjeuner.

Après tout, qui se préoccupe de ce que je peux bien me préparer le matin.

Ceci étant dit, quand le temps me le permet, je me fais un plaisir à me préparer quelque chose de bon et plutôt sain. Pas difficile de faire plus sain qu’une bonne viennoiserie faite essentiellement de beurre et de sucre..! Soit ! 🙂

Pour ceux qui aiment ce genre de tartines, rien de plus simple. Ça ne prend pas plus de temps que ça, de préparer ces avocado toast. Il suffit d’acheter pour la semaine, du pain Poilane en tranches qui se conservent très bien et deux bons avocats bien mûrs, un maxi pot de Saint Morêt ou de Philadelphia, et une boîte de fruits rouges. On utilise parfois du fromage frais mais je trouve ça un peu fade. Le Philadelphia s’utilise très bien pour les toasts aux fruits rouges avec un peu de cassonnade 😉

C’est le délicieux avocado toast  que j’ai pris au Mango tree au bord du lac d’Hossegor qui m’a redonné l’envie de me préparer de temps en temps, mes tartines préférées et de commencer à reprendre mes petit-déjeuner avant d’aller travailler.

Désormais, je répondrai à la question bête mais fréquente sur le petit déjeuner.

Je renverrai chaque personne qui me la pose, à cette simple photo qui parle d’elle-même. C’est mon petit déjeuner. Simple mais « copieux ».
Bon week-end ❤

Lifestyle : Zoom sur les accessoires Bachca Paris <3 

La collaboration de ma marque fétiche Sézane avec d’autres marques « Sézane & friends » m’a permis de découvrir une nouvelle marque d’accessoires beauté, qui a lancé une collection de pinceaux de maquillage et de brosses designs et j’en suis ravie. 

S’acheter de nouvelles brosses à cheveux, ni de nouveaux pinceaux faisaient, je l’avoue, ne faisait partie de mes priorités en ce moment. Surtout lorsqu’on sait que je suis loin d’être une pro ni une adepte du make-up…  Alors sachant que j’avais eu trois pinceaux dans ma vie, que j’ai découvert très tard dans ma petite vie d’adulte et que j’ai cette brosse basique dont je ne saurais me plaindre, devais-je vraiment craquer pour tous ces accessoires, « juste » parce qu’ils sont beaux et que j’ai envie de changement ? 

En y réfléchissant à deux fois, je me suis dit finalement que quitte à changer quelque chose et investir quelques dizaines d’euros, autant le faire dans les choses qui me servent « vraiment » ! Pas juste pour enjoliver sa salle de bain. 

 Les brosses à cheveux font partie de ces objets du quotidien, que l’on utilise forcément plusieurs fois par jour et qui mériteraient qu’on y prête un peu d’attention. 

A la poubelle ! Ces vieilles brosses que l’on peine à jeter. À croire que l’on s’attache quand même à ces vieilles choses sur lesquelles se retrouvent nos cheveux cassés.

L’achat de ces brosses Bachca Paris a été l’occasion pour moi de dire enfin adieu aux vieilles et éternelles brosses si familières et de renouveler l’ensemble des accessoires qui « garnissait » ma salle de bain. C’est un vrai plus d’utiliser ces jolies choses tous les matins. 

Ma première crainte en les commandant, c’était de me retrouver avec des brosses qui n’accrochent pas du tout mes cheveux désespérément lisses. Ce qui arrive deux fois sur trois avec des brosses à poils. J’ai donc choisi de commander la brosse à picots synthétiques et une autre avec picots et des poils de sangliers. ( qui est sensée démêler et lisser en même temps.). À côté de ces brosses « basiques », j’ai voulu tester la brosse ronde à poils de sangliers en me disant que de toute façon, j’allais la renvoyer à moins qu’un miracle ne se produise, que mes cheveux s’accrochent à cette brosse ronde à poils. 

Et bien résultats des courses, je les garde toutes. Mes cheveux s’accrochent sans que les poils de sangliers viennent griffer mon cuir chevelu et surtout sans les rendre électrique. Ça relève presque d’un miracle que je puisse utiliser ce genre de brosse. Pratique pour me lancer dans le brushing maison avec le sèche cheveux Dyson controversé, comme une pro… 

Ces brosses ont l’avantage d’être non seulement jolies mais aussi agréables à tenir grâce au matériau utilisé. Les manches en bois naturel lissé sont vraiment jolies et de bonne de qualité. On est donc loin des brosses en plastique toutes légères qui manquent de tenue. A ce qu’il paraît, les poils de sangliers referment les écailles à force. J’utilise surtout ces brosses lorsque j’ai les cheveux essorés après avoir appliqués soigneusement mes sérums sur les longueurs car j’ai les cheveux longs. Les cheveux mouillés s’abîment plus facilement. 

Personnellement, je trouve que des brosses, étant un accessoire du quotidien, l’investissement vaut le coup, aussi bien pour son esthétique que pour sa praticité et qualité. 

L’évolution de ces brosses à l’usure est donc à surveiller mais à ce stade, elles paraissent résistantes. 

C’est donc une jolie petite découverte à ajouter à ma liste. J’agrandirais bien ma petite collection.  Elles sont disponibles dans certains magasins Monop’Beauty à Paris ainsi que sur le site Sézane dans la rubrique « sézane and friends ». Mais aussi évidemment disponible sur leur site : BACHCA

Bonne journée ! 

M

Lookbook : les tendances Printemps 2017

Idée d’un look rempli de douceur pour la nouvelle saison à venir . 

Association de couleurs pastel très douces … on se sent comme sur un nuage.

Beige and Nude ❤

 Baskets Pairs in Paris nude & Denim Sézane 2003 de couleur sable & Cabas Smith

Pour ceux qui me suivent depuis déjà un bout de temps, vous avez découvert en même temps que moi ma paire de basket nude issue de la collaboration Pablo x Pairs in Paris. Le modèle existe toujours chez Pairs in Paris si ces chaussures vous intéresse. La qualité est top et ces sneakers sont vraiment confortables. C’est un investissement qui vaut le coup et ce à long terme.

Le nude se marie bien avec l’écru, le beige ( pas de ton chaud ) et le denim clair. Il faut tout de même faire attention à ce que l’ensemble ne devienne pas trop fade ..! 😉 on casse l’ensemble nude en ajoutant un sac rouge, camel, un jeans bleu ciel par exemple.

Quoi acheter en début de collection S/S17 ? 

Quoi qu’on en dise, qu’on suive la mode ou non, il est par exemple plus facile de craquer pour une veste en jean lorsque celle-ci est à la mode. 
La veste en jeans revient en force ainsi que la veste en daim, toujours en camel qui va bien avec les couleurs printannières mais également en couleur plus flasy telle que la couleur rouille/terre ou rouge framboise. 

J’ai fait broder la mienne la veste Barney de Sézane ( puisqu’il fallait trouver un mot un peu bête..) je l’ai faite broder à mon nom. Et oui, original me diriez-vous, mais je n’ai pas trouvé de mot autre que mon prénom, que j’aurais pu assumer aussi longtemps que cette veste sera portable …. ! La brigade anti-amour propre va bientôt frapper à ma porte. 😉 

Ici, un petit exemple d’association terre/rouge et écru. 😉


Les cousines, les vestes Teddy sont aussi déclinées en daim et malgré leur prix élevé ( le cuir doux oblige ), ces vestes sont juste canons en mi-saison, portée sur une robe estivale ou une jupe fleurie. 

En attendant le retour du soleil et de la chaleur, on craque volontiers sur des petits pulls légers de couleurs pastels ou blush et sur un jean de couleur claire que l’on assortira aux couleurs de printemps. 

On arrête donc de craquer pour de gros pulls d’hiver et on mise sur les jeans courts 7/8, les pièces de mi-saison telles que les vestes en jeans, en daim et volontiers pour un petit foulard so parisian ! 😉 

Rouge cerise <3 

Pour la première fois, que le mois de février est pour moi un mois agréable à vivre, je me laisse flotter.

Avancer, c’est sûrement mettre de côté ses peurs, ses craintes, en s’en servant pour mieux repartir.

Grandir, c’est aussi accepter ses failles.

Fleurir, fâner puis renaître, plus forte, plus grande.

Le langage des fleurs, l’un des langages qui me parlent le mieux.

Souvent, les meilleurs souvenirs sont ceux qui sont impalpables, les sensations et les émotions qui restent à jamais, gravées dans la mémoire.

 

What a pleasant surprise … ❤
Bracelets joncs Bangle-up Broc d’eau écru acheté à l’appartement Sézane Chemise imprimé cerise Bonpoint collection P/E 2017

Love me tender … <3 

Carnet French words X Sézane Dentelle Anine Bing Stylo Hay design

En ce mois de février à l’eau de rose, agréable pour les uns, détestable pour certains, je me sens d’humeur particulièrement sereine.  Cependant, quelque soit son statut amoureux, pour une fois que l’amour est célébré, j’ai bien envie d’en profiter.

Oui, de cette atmosphère bienveillante, douce et paisible.

Ce pourrait être un prétexte pour rappeler certains amis, de partager des moments avec ceux qu’on aime, pour aller partager une bonne pâtisserie, refaire le monde..

Pour ma part, ce mois de février m’inspire sur tous les plans. Je me dis tous les ans que le printemps n’est pas si loin. J’ai envie d’introduire beaucoup de couleurs fortes, du rouge, du jaune safran en allant jusqu’au jaune canari. Un peu de vert et de bleu même si j’ai un peu de mal avec le bleu électrique qui ne me va pas au teint .. 🙂

Ce mois-ci, la chance – le hasard – m’a sourit et m’a fait gagner pour la première fois un super lot de bracelet Bangle-up sur instagram. J’avais joué à tous leurs concours sans jamais gagner et honnêtement en jouant pour une dernière fois pour la St-Valentin, sans plus y croire, j’ai eu la surprise de gagner cet ultime lot, de plus rouge, ce qui ne pouvait pas ne pas me plaire !

Ces bracelets ont donc rejoint ma petite collection de joncs Bangle-up que j’avais déjà eu la chance de découvrir dans une boutique déco tout à fait par hasard. Comme quoi …!
Dans tous les cas, je vous souhaite beaucoup de douceur et de bonheur sous toutes leurs formes. ❤

Que l’amour se répande au point d’englober tous les haineux et les personnes aigries. Peace.

Joncs & bracelet Bangle up Paris Sneakers à scratch Sandro paris Sweater à fleurs Sézane

Petit retour en enfance <3

En ce début d’année qui me rappelle que j’accumule des années écoulées derrière moi, un peu de fantaisie, de mignonnerie ne me font pas de mal.

Un petit sac cartable, des carreaux, des accessoires « fantaisie », la couleur bleu marine, des figures géométriques, les animaux par-ci par-là..  L’insouciance, reviens … !

Un clin d’oeil à notre petite enfance ❤


J’ai beau « vieillir », je crois que j’ai gardé mon âme d’enfant.  J’aime toujours autant les plats simples, surtout les coquillettes jambon. 🙂

J’en ai d’ailleurs mangé au restaurant ce week-end.

Oui, commander un plat de coquillettes jambon au restaurant, un samedi soir à Paris, c’est possible ..!

J’ai découvert ce bistrot au déco sympa au-dessus du Patio, sous la Canopée du nouveau centre commercial des Halles. « Champeaux »   ICI

Un bistrot contemporain Bar & Lounge imaginé par l’incontournable Alain Ducasse entre autres.

Cet endroit où se trouvait autrefois le conservatoire de musique du Centre. ( petit moment de nostalgie … )

Les coquillettes sont « al dente » et c’est un peu une version « supérieure » de notre éternel plat d’enfance. Ce plat est servi avec des cubes de comté et de truffe noir.

Mais sinon, niveau fringues, je craque toujours autant pour des imprimés « fantaisie » qui ne me font que « rajeunir », mangeant des coquillettes, bientôt, il me faudrait un babysitter pour me garder le week-end..  Une petite blouse ou un t-shirt confortable, quand il y a des panthères ou des renards dessus, je craque.  J’aime bien le style femme-enfant même s’il ne faut pas en abuser.

Niveau accessoire, je suis raide dingue depuis l’été dernier des bijoux contemporains Bôme studio ICI que l’on trouve dans les magasins Des petits hauts.  J’ai craqué cette saison aussi pour l’un de leurs sautoirs en quartz. Il ne me manque plus qu’à me trouver un collier graphique plus court à assortir.

Jupe & chemise Des petits hauts, Sac Doll Sézane, dentelle & veste Pablo, Boots Minelli  Sautoir : Bôme studio AH16Un big up à l’imprimé panthère doré Des petits hauts 😉 

Plus mignon tu meurs !

Quand je vois autant de jolies lières, je n’ai qu’une envie, c’est de me jeter dedans, et qu’on m’oublie ! Retourner en enfance et ne plus jamais aller travailler !

Musique : Thinking Out Loud Ed Sheeran 

Très belle année 2017 ! 

Je vous souhaite à tous une très belle et excellente année 2017. 

Je l’espère fructueuse en succès, en bonheur mais surtout en amour.

La bienveillance doit triompher sur tous les autres mauvais sentiments. 

Et une grande pensée pour la préservation de la Nature, notre habitat sans lequel nous n’existirions même pas.

J’ai eu une énorme prise de conscience en visitant le glacier de Montenvers en Haute Savoie. Il n’y a pratiquement plus rien. Ça m’a rendu profondément triste en fait.

Les petits gestes au quotidien, faire ce que l’on peut à notre niveau sans s’arrêter de vivre, c’est déjà bien mais j’ai bien peur que cela ne suffise pas. Je prie pour que les choses s’arrangent un peu partout dans le monde. On ne doit rien lâcher et rester optimiste.

Je ne fais pas de bilan de l’année 2016 qui bien de s’écouler et ne prends pas de vraies résolutions non plus pour l’année à venir.

L’année 2016 n’a pas été une très belle année même si elle m’a offert ponctuellemet de bons moments. Je laisse derrière moi tous ceux qui sont mauvais et la seule résolution que je prendrais, ça serait celle de ne pas perdre une minute de l’année 2017 à penser à ces moments ni aux gens qui n’en valent pas la peine, pas de temps pour faire de mauvais procès à tous ces gens.  Je vais plutôt écouter mon coeur, mon instinct pour m’entourer de personnes qui ont un bon fond et avec qui j’ai envie de passer du temps, parfois même à ne rien faire. 🙂

Un grand merci à toutes les personnes qui m’apportent du bonheur, d’amour et de l’affection au quotidien avec lesquelles j’espère passer encore plus de temps, vivre de très belles choses.

La reprise est trop dure mais il faut se lever tous les matins et on devrait se dire qu’on est chanceux d’avoir un endroit, où on est attendu, peut-être …!

Plein d’amour et d’ondes positives à vous ! ❤

La reprise est un peu dure mais janvier rime aussi avec l’arrivée prochaine des soldes mais surtout avec « ventes privées ». Un petit clin d’oeil à la marque française de bijoux de tête que j’affectionne depuis leur tout début Les cerises de Mars. Vous pouvez bénéficier de -30% avec le code VP jusqu’au 10 janvier à entrer lorsque vous validerez le panier.

J’ai pu craquer ainsi pour deux bijoux de tête magnifiques que vous pouvez voir sur mon compte Insta !  Si vous ne la connaissez pas encore, vous pouvez découvrir leur création ici => les cerises de mars 

Bijoux de tête : Cléopâtre Les cerises de Mars, pic à cheveux Bronze. Bague : Emma & Chloé, Headband « Mon Ange » les Cerises de Mars
La Galette des rois à la frangipane : Boulangerie Louvard 2017

La fin de l’automne <3 

Avec le temps tout s’en va.. chantonnait Léo Ferré. Et il avait raison.

Les belles feuilles colorées laissant les arbres dénudés, les passants désertent les parcs parisiens.

Ces feuilles mortent disparaissent comme les amours passés à coup de balais. Sûrement pour faire place à de futurs bourgeons.

Heureusement que l’hiver arrive avec son lot de consolation.

Vive le froid, vive le vent, vive la neige et surtout le ski !

Food : Ma recette de Banana Bread marbré sans gluten <3

Que vous soyez vous-même intolérant au gluten, ou qu’un membre de votre famille le soit ou si vous avez un ami qui mange sans gluten, préparer un gâteau ou dessert sans gluten devient un véritable défi.  Vous voulez inviter cette personne lors d’un dîner ou pour le goûter afin de lui faire plaisir mais vous ne savez pas quoi faire. C’est souvent le cas de tout le monde.

Et si en plus, on cherche à faire quelque chose qui plaira aussi aux gluten-tolérants alors ça semble être une mission impossible.

Je ne suis pas « médicalement » intolérante au gluten à ce jour, à vrai dire, je n’ai pas cherché à le savoir mais je fais attention à ce que je mange et le plus important est que chacun de nous ait la possibilité de manger comme il a décidé de le faire.

La farine sans gluten se trouve assez facilement dans les grandes surfaces aujourd’hui, mais trouver un mélange de diverses farines autre que de blé qui convienne à nos recettes « traditionnelles », cela devient compliqué. On peut faire soi-même son propre mélange, mais acheter plusieurs farines, c’était un peu trop pour moi. J’ai alors testé plusieurs mélanges déjà tout fait que l’on trouve assez facilement dans des magasins bio. Lors de mes essais, j’ai remarqué qu’il y avait des mélanges qui donnaient un goût assez prononcé, très éloigné de celui de la farine de blé. La farine sans gluten ne se travaille donc pas de la même façon. 100g de farine ne se remplace pas automatiquement par 100g de farine sans gluten. Le résultat ne sera pas le même.

Je suis contente d’avoir enfin trouvé, après plusieurs essais, une recette qui donne une texture de Cake pas « poreuse » et « sèche ». C’est l’inconvénient premier de la farine sans gluten..

Le mix pâtisserie de Nature & Cie est génial et donne un résultat presque similaire à celui de la farine de blé aussi bien au niveau de la texture que de goût. C’est un mélange de farine de riz, de fécules de pomme de Terre, un épaississant « naturel » et un peu de bicarbonate de soude.

C’est une farine bio et surtout fabriquée en France. 

Tous les ingrédients peuvent être achetés « bio » ( le mien est 100% bio) mais vous pouvez tout à fait utiliser les produits non bio et avec gluten :

  • 100g de mix de farine sans gluten. ( le mix que j’utilise se prête très bien à la pâtisserie )
  • 100g de sucre brun 
  • 100g de beurre doux 
  • un demi sachet de levure de boulanger ( Alsa sans gluten ) mais vous pouvez utiliser l’équivalent en levure chimique ou ne rien mettre si vous prenez le mix précité car il contient le bicarbonate de soude.
  • 2 oeufs entier 
  • 3 bananes mûres 
  • un peu de beurre pour le moule
  • 3 cuillères à soupe de cacao 100% 
  • un peu de matcha si vous voulez la version marbré matcha 
  • sucre vanillé ou vanille en poudre
  • une tasse à espresso de lait d’avoine ou de soja ( le lait de vache si vous voulez )

Préchauffer le four à 180 degré celsius ( chaleur tournante ) et laisser la grille à mi-hauteur. 

1) Mélanger le sucre et le beurre préalablement laissé à température ambiante dans un saladier. Puis ajouter la farine, la levure puis la vanille en poudre ou le sachet de sucre vanillé. Une fois le tout bien mélangé, y ajouter les oeufs. Puis le lait de votre choix. 

Mélanger énergiquement à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le mélange devienne homogène. 

2) Prendre deux bananes et les écraser rapidement avec le fouet puis les ajouter dans le saladier. 

3) Beurrer le moule à cake 

4) Séparer le mélange dans deux bols séparés. Ajouter dans l’un, le cacao en poudre ou la poudre de matcha puis mélanger.

5) Verser dans le moule alternativement le mélange cacao et le mélange « neutre ». Moitié de l’un, moitié de l’autre et ainsi de suite. 

6) Couper la troisième banane en fine lame verticale. Les déposer sur la pâte de manière visible. 

7) Déposer le moule dans le four préchauffé, laisser cuir pendant 25 à 30min.

Le cake va gonfler petit à petit. Le retirer lorsqu’il devient bien doré. 

Baisser la température de cuisson à 150 degré si le gâteau devient trop doré alors qu’il n’a pas fini de cuir.  Il faut qu’il soit un peu « croquant » à l’extérieur et « spongieux » à l’intérieur. 😉

Ce dessert conviendra aussi à ceux qui ne sont pas intolérants. A condition d’utiliser le mix que je vous ai conseillé, ils n’y verront que du feu.

Astuce : Faire tomber le moule à 5cm de la table permet de décoller le gâteau.

Le laisser refroidir un peu avant de démouler le cake et le déguster. 

PS : j’ai utilisé un moule à Cake de 26cm.

Bon appétit ! ❤

Travel note : Un week-end à Copenhague <3 

 

Ou devrais-je dire trois jours à Copenhague.

J’avais besoin de rompre le cercle vicieux qui m’empêchait d’être joviale, d’être énergique alors que je le suis naturellement et ce, la plupart du temps.

L’idée de partir en week-end quelque part en Europe, pas trop loin trotait dans ma tête depuis le week-end de la Toussaint mais il faut bien le dire, le temps était pourri quasi partout pendant ce week-end de 3 jours. J’étais assez dégoûtée de ne pas être partie mais je me suis consolée en regardant la météo qui annonçait un temps plus que pluvieux partout en Europe..

Ceci dit, mon envie de m’échapper du quotidien, partir en escapade était restée et s’était même accentuée au fil des jours.

Faute peut-être au temps nuageux et désespéremment gris. Un raz le bol. Quelle que soit la destination, il fallait que je parte.

Je rêve de neige, de montagnes depuis un certain temps, on le savait déjà mais puisque ce n’est pas encore pleinement la saison du ski, il aurait été dommage de partir pour ne pas profiter de ce sport alpin avec beaucoup de neige.

J’ai alors trouvé un compromis entre la montagne et la Laponie. Une destination pas très chère et pas très loin. Mon choix s’est naturellement porté vers le Danemark, précisément Copenhague.

On m’avait dit beaucoup de bien de cette ville à la limite de la Scandinavie.

La langue est ce qu’il y a de moins attirant dans ce pays.  C’est le pays du design, de raw food et surtout de la marque Hay design que j’aime beaucoup, sans oublier du top sublissime Freja Beha.

Je vous avoue que contrairement à mes habitudes, j’ai attendu la dernière minute pour « étudier » la ville et planifier mon « voyage » de courte durée. Je l’ai fait en une heure en arrivant à l’aéroport, en scrutant la Cartoville qui me permet à chaque fois de me faire une vague idée de l’ensemble des quartiers d’une ville où je me rends.

Ce petit bouquin avec le plan de chaque quartier permet de bien organiser et rentabiliser le temps et le voyage. ( je conseille vivement d’en acheter ).

En temps normal, je m’y prends à l’avance mais pour une ville à taille humaine comme Copenhague, s’organiser dans l’avion à la dernière minute suffit.

Il faut cependant avoir un hébergement bien placé pour gagner du temps et visiter la ville de manière efficace. Cela permet de tout ou presque visiter à pieds et ne prendre qu’une ligne directe depuis l’aéroport pour arriver à l’hôtel. Si vous partez à deux, prendre un hôtel central coûte à peine plus cher qu’une nuit dans une auberge de jeunesse plutôt central car les tarifs de nuité dans les auberges sont par personne alors que pour un hôtel, c’est pour la chambre à partager.  En étant bien placé, vous rentabiliserez vite la différence de prix car vous ne prendrez pratiquement pas le transport en commun. Personnellement, je n’ai pris le métro que pour faire le trajet A/R aéroport/centre-ville et deux fois le taxi lorsqu’on était trop fatigués. ( environ 80DKK environ 12euros pour faire Tivoli/Nyhavn )

Enfin, pour partir seulement deux trois jours, je vous conseille de ne pas prendre de bagage en soute. ça permet, une fois arrivée à l’aéroport de partir tout de suite profiter de sa journée.

Malgré une température qui oscillait autour de 7-11 degré Celsius (novembre),  j’ai eu la chance d’avoir du beau temps pour ne pas dire un temps magnifique les deux premiers jours. Le ciel bleu au-dessus de Copenhague, vous ne le verrez pas souvent. Surtout au mois de novembre. Les rayons de soleil lorsqu’il fait froid ont quelque chose d’exquis.

Voici la liste des choses que j’ai aimées et que je conseille fortement si vous ne savez pas trop quoi visiter/faire à Copenhague : 

Vol : pas cher par rapport à d’autres villes européennes via Easyjet ou Norwegian.

Hébergement : pas loin de Kongens Nytorv car desservi par les deux lignes de métro directes depuis l’aéroport et c’est parce que c’est au centre de tout et les principaux spots se visitent à pieds. Notamment, le Nyhavn, le port avec des maisons colorées se trouvent à une rue, le musée du design aussi, la petite sirène est un peu plus loin.

Le musée du Design danois, un coup de coeur pour le très joli musée Ny Glyptotek Carlsberg que j’ai vraiment adoré. Aussi bien l’endroit que la collection de sculptures de Degas (son travail préliminaire en bronze sur les danseuses et les corps tordus dans tous les sens ) et les tableaux danois. J’aurais pu y passer la journée.

Enfin, le Papirøen, un petit paradis de la street food. On y mange pour pas très cher et en plus, il y en a pour tous les goûts. Je me suis pris un petit curry thaï vert pour 80 DKK. Un jus de fruit bio coûte 30 DKK. Le café que j’ai pris là-bas était très bon.

 J’adore l’ambiance « root » qu’il y a là-bas et le style industriel. Il y a plein de food trucks à l’intérieur de cet ancien entrepôt de papeterie. On se pose, on chill’ et on peut aussi prendre du café à l’extérieur en ayant une vue dégagée sur la ville de Copenhague. C’est un endroit agréable et conviviale.

Egalement un immense coup de coeur pour le jardin danois  Botanisk Have avec les arbres de toutes les couleurs, son serre vraiment charmant (accès gratuit) et son ambiance paisible.  Le jardin d’à côté, le Kongens have est pas mal aussi avec son petit château.

En revanche, n’essayez pas trop de parler danois parce que même si je ne suis pas trop nulle en langue d’habitude, le danois est vraiment une langue difficile à appréhender.

Ce que je lisais n’avait rien à avoir avec ce que j’entendais. En revanche, les danois comme tous les scandinaves parlent très très bien anglais donc pas de soucis pour communiquer.

Enfin, concernant la nourriture, je vous avoue que je n’ai ni goûté la frikadelle ni le smorrebord car la morue dès le matin, je dis non merci.

Cependant, j’ai adoré les « opensandwich » et les tartines à base d’oeuf dur, crevettes et caviards. Oui, ils adorent les tartines froides à base de granola, vous savez ces tranches de pain danois qui ont une couleur noire avec plein de graines dedans. On aime ou on n’aime pas. Si ce pain ne me dérange pas, je préfère mille fois plus notre cher pain de compagne et baguette traditionnelle.

L’Atelier September est un endroit tendance et  il est bien situé. Pas loin de la place Kongens Nytorv. On s’y installe paisiblement et on va commander au bar.

Les café danois sont cosy et on peut vraiment s’y prélasser. Je n’ai pas fait de shopping à part faire un petit tour chez Hay design qui valait le coup près de l’allée centrale de Strøget. Je n’ai donc pas dépensé grand chose pendant mon week-end.

J’ai en revanche payé un tour illimité avec l’entrée que j’ai achetée en entrant dans le parc d’attraction Tivoli un soir. Ça vaut le coup si vous faîtes 3-4 attractions car les plus prisées coûtent environ 75 DKK pour un seul tour. Je vous conseille d’y aller plutôt le soir car le parc est plus joli avec les illuminations que de jour. En revanche, monter dans les attractions avec son sac et portable ou même appareil photo dans les poches de notre veste est strictement interdit.  Il faut les poser obligatoirement dans les étagères prévus à cet effet. Je sais que cela paraît étrange mais c’est comme ça. Si vous ne faîtes vraiment pas confiance à ce système de dépôt d’objets plus que précieux et surtout si vous n’avez pas envie de penser à votre portable pendant que vous avez la tête à l’envers, partez avec un petit sac et vous avez des consignes payants un peu partout dans le parc. Le système est simple et coûte normalement 30DKK pour une journée. La machine vous attribue un casier avec un code.

 Les marchés de Noël  présents un peu partout dans la ville étaient sympas aussi, même si les stands s’y ressemblent tous et vendent les mêmes produits.

Lorsqu’il pleut, il peut être intéressant de se rendre au Planétarium Tycho Brahe dans le sud de Copenhague avec son écran IMAX. Pour avoir accès au Planétarium, il faut acheter son ticket pour voir un film qui dure en tout 45min comme au cinéma avec une petite exposition. ça permet d’être au chaud puis j’ai adoré le petit film qui passait à l’heure où j’y suis allée, un film en 3D sur les dinosaures. On peut y aller facilement à pieds depuis Tivoli et personnellement j’y suis allée à pieds depuis la rue de Stroget.

Comme je suis de nature curieuse, j’ai aussi été faire un petit tour rapide dans le fameux Quartier « hippie » de Christiania. Histoire de voir de mes propres yeux à quoi il ressemblait. Bah, j’y suis restée moins de dix minutes. Rien de vraiment exceptionnelle. Une ambiance assez particulière quand même. Rien à signaler. La ballade dans le petit quartier de Christianshavn autour des canaux juste à côté vaut plus le coup.  ( une journée suffit pour  partir de Kongens Nytorv à pieds puis aller à Nyhavn pour traverser le pont pour rejoindre la petite « île » pour manger entre midi et deux au Papiroen et faire le tour de Christianshavn).

Je me suis surtout promenée pendant mon court séjour, dans le parc de Kastellet vraiment agréable qui donne sur la baie et en allant jeter un coup d’oeil à la petite Sirène d’Anderson, « juste un coup d’oeil » parce que si elle est emblématique, elle n’est pas pour autant exceptionnelle .. 

Je suis donc repartie de cette ville, avec un esprit positif, calme et profondément apaisé. Je n’ai pas senti une once de stress lorsque j’étais là bas et le froid m’a fait du bien.

J’y retournerai pour sûr et je la conseille tous ceux qui veulent se ressourcer en peu de temps, tout en visitant les parcs et les musées, en se balladant, profiter de l’ambiance un peu bohème et un peu bio.  Les adeptes de mode de vie « healthy » comme moi vont aimer.

On marche, on se déplace en vélo, on respire. 🙂 J’ai fait à pieds à peu près tous les quartiers centraux de Copenhague en ayant un peu délaissé celui de Vesterbro car le but premier de mon week-end c’était de me détendre et pas de faire la fête. Les journées me paraissaient étrangement longues alors qu’il faisait nuit tôt. J’ai eu le temps de profiter pour ne rien faire et m’imprégner de l’atmosphère féérique de la ville sans faire la touriste hyperactive qui visite 100 milles choses par jour. Je suis rentrée dans l’Amalienborg, joli sans prétention et voir de l’extérieur le château Rosenborg.  Pour moi, les promenades à faire absolument c’est dans le parc Botanisk Have et la ballade dans le jardin du Kastellet surplombant la baie et au retour, prenez le pont en bois et tournez à droite puis revenez vers le Nyhavn en faisant un coucou à la petite sirène.

PS : Pour les filles, les chaussures à talons, surtout si ce ne sont pas des bottines, laissez les dans votre placard. Elles n’ont pas ou peu d’utilité.. En revanche, un bon parapluie ou une veste coupe-vent- imperméable vont servir et vous verrez, vous n’aurez qu’une envie, c’est de vous acheter une bonne paire de gants, un bon bonnet voir un chapka et une grosse écharpe bien douillette. 😉

Pas besoin de ramener tout son maquillage non plus. Vous serez décoiffée, toute pâle avec un petit nez rouge. Mais ça a évidemment son charme.. !  Une petite crème hydratante et un baume à lèvres peuvent s’avérer être utiles.

XOXO     Midori

Nailmatic : vernis made in France 

Un big up pour la couleur bordeaux parfaite du vernis 501 AIME de Nailmatic.

J’ai découvert par hasard cette couleur dans un distributeur Nailmatic que j’avais déjà repéré dans le lobby d’un hôtel à Paris. Les distributeurs existent dans pas mal d’endroit à Paris. ( Vous pouvez en trouver au Citadium, au Public drugstore, chez Merci shop etc mais également en ligne). 

Le concept m’avait déjà intrigué mais je n’avais jamais franchi le pas. Je me disais, mais pourquoi un distributeur pour des flacons de vernis ? puis un soir après le dîner, je me suis enfin laissée tenter. J’avais envie de ce vernis bordeaux. Et depuis, je ne le quitte plus.

Ce vernis m’accompagne partout. Le pinceau aplati et arrondi facilite la pose. La texture est sympa et ce vernis sèche vite. La formulation de ce vernis est douce et est dénué de Phtalate et autres composants au nom impronomçable, très toxiques que les vernis contiennent habituellement.

J’ai enfin trouvé le bordeaux parfait que je peux aussi bien mettre lors de mes sorties que pendant la semaine au boulot et c’est un vernis Made in France. Une raison de plus pour craquer.

De plus, cette marque propose une gamme de vernis non toxiques  pour les enfants. ( qui s’enlèvent avec un peu d’eau tiède savonneuse). En voilà, une alternative aux vernis de la marque Kure Bazaar ! 😉   En savoir plus sur NAILMATIC ICI 

Astuce : Comment est-ce qu’on applique un vernis rouge ? ma soeur me demande tout le temps comment je fais. C’est assez simple, la règle à respecter impérativement c’est de ne jamais toucher la peau avec le pinceau quitte à laisser 1mm d’ongle. Poser une goutte de vernis au centre. Bien placer le pinceau à la base de l’ongle pour créer une jolie ligne de démarcation et on étire suffisamment pour que l’ongle soit entièrement couvert. Il ne faut jamais repasser le pinceau là où il y a déjà du vernis sinon, avec le séchage, on voit apparaître le trace de pinceau et ce n’est pas joli.

 Il suffit en moyenne de 3 coups de pinceau par ongle. 😉 Personnellement, je remet une couche une fois que le vernis a bien séché. ça ne l’a pas fait la première fois ? ce n’est pas grave, avec un peu de patience et d’entraînement, ça viendra 🙂

PS : les couleurs d’automne me rendent heureuse malgré tout. Même si personnellement, je n’ai jamais aimé le mois de Novembre. Une petite ballade au Parc au petit matin avant d’aller travailler me fait le plus grand bien.

Mode : Féline ! – du graou !

img_0451
Cape YAM Bonpoint, Escarpins Django & Sneakers Jack Sézane, Manteau léopard Topshop

img_0508

Féline !

Je n’ai jamais pensé que l’imprimé léopard était pour moi. Comme pour plein de choses, j’ai pas mal d’a priori et je sais plutôt ce qui peut facilement m’aller ou non.

Mais comme pour beaucoup de filles de ma génération, J’ai été marqué il fut un temps par la mode d’imprimé léopard, lorsqu’on voyait Kate Moss absolument partout.

A l’époque, on voulait toutes les fameuses ballerines léo de Repetto pour aller avec nos nouveaux jeans slim. Je n’ai encore jamais trouvé les ballerines Léo de mes rêves mais ça sera bientôt chose réparée . 

En ce moment, j’ai envie de fantaisie, de ressortir le côté sauvage qui sommeille en moi.

L’imprimé et les accessoires en fausse fourrure Léo reviennent en force cette saison.

Soit dit en passant, la fourrure synthétique c’est sympa, elle ne fait du mal à personne et nous rappelle notre petite peluche d’enfance, elle nous donne l’impression d’en devenir un.  Le toucher est agréable.

A peu près toutes les marques s’y sont prêtées et j’ai repéré quelques articles pour vous.

Pour les « graouh timorées » comme moi, je vous conseille de miser sur les petits cols amovibles assortis ou non à un petit sac ou petites chaussures graouh pour le rappel.

Sur un pull beige ou noir, c’est sympa. Le léopard égaie facilement une tenue total black.

Voici ma petite sélection :

  • Escarpins Django Léopard Noisette Sézane : ICI
  • Baskets Léopard  Sézane : ICI
  • Bakets Adele Ter Léopard Claudie Pierlot : ICI
  • Manteau Léopard fausse fourrure Topshop : ICI
  • Cape Deauville Marine YAM Bonpoint : ICI
  • Parka beige doublure Léopard Claudie Pierlot : ICI

Pour les plus audacieuses, il y a pas mal de manteaux en fausse fourrure entièrement en Léo.

Si je trouve la matière léo en fausse fourrure sympa, ce n’est pas encore le cas pour les imprimés un peu trop chargés mais qui sait, peut-être que je sauterai le pas dans quelques années. Je le préfère en petite touche.

Ceci étant dit, je crois que le soucis est qu’une fois qu’on l’a commencé, on ne s’arrête plus ..! 😉

Silver blue

Le bleu gris, de loin ma couleur préférée du moment.

Sac Hudson Portefeuille Chloé en Silver blue, Casque Urban ears Indigo, pull rayé Kate Sézane, Pull cachemire Sud Express ( old )

Inconsciemment, je n’ai pas arrêté de craquer pour toutes les choses de cette couleur. Les vêtements, en passant par les souvêtements jusqu’au bout des ongles.

Un énorme coup de coeur pour le bas de pyjama pilou de Princesde Tamtam, dans lequel j’aimerais traîner dans le salon tout l’hiver. Je ne suis pas très pyjama mais il va faire froid alors j’ai intérêt à être équipée ..!  Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il y a moyen de rester sexy dans un pyjama. Puis c’est mignon. Le confort avant tout. Le décontracté et le naturel a quelque chose de sexy aussi.


Bon week-end et happy Halloween !

L’automne à Paris <3

La saison des jolies choses, jolies couleurs bat son plein. 

Il faut bien dire que l’automne cette année est bien rude.

 On a tous sorti manteau douillet et écharpe en laine il y a deux semaines. On est aussi tous tombé malade, chouette ! 

On a plutôt de la chance parce qu’il fait quand même globalement beau. 

Le froid et le temps gris ne sont pas bons pour notre moral et on n’est pas à l’abri d’une dépression saisonnière. On se ressaisit et on survit comme on le peut. 

Je propose un super remède, pas très innovateur mais plutôt efficace. On fait bouillir l’eau et on fait diluer le sirop de yuzu dans sa tasse préférée puis on s’émitouffle dans son gros pull douillet. On se cale sous la couette puis on ne pense à rien.  

Le sirop de yuzu est en fait du miel avec un peu de yuzu, ce fameux citron du Japon qui me rappelle mon enfance. C’est bourré de vitamines C donc c’est une bonne alternative à notre traditionnel thé au citron ou miel citron. 

C’est d’ailleurs assez curieux que le matcha et le yuzu qui me sont naturellement familière soient devenus véritablement à la mode en France, tout du moins à l’intérieur du périph’, sous entendus dans le mini Paris. Encore un truc de bobos vous me direz. Ceci dit, pour une fois que quelque chose qui ne fait pas de mal et qui est bon pour la santé, in ne va pas se plaindre. Je ne vous dis pas l’affluence de Umami matcha café le dimanche ! C’est d’ailleurs là aussi que vous pouvez vous procurer le sirop de yuzu pour environ 15€. 

A l’heure qu’il est, je me rends compte que la semaine passe beaucoup trop vite, je repense au tacos mexicain que m’a fait découvrir Pauline ce week-end et alors que j’ai l’impression que c’était hier, on a déjà achevé la moitié de la semaine. 

Moi qui ai toujours peur de ne rien faire, j’ai pour une fois l’impression que c’est le temps qui avance plus vite que moi. Je me sens dépassée et je n’aime pas ça. Si vous avez des astuces pour être moins dynamique, moins speed et pour lâcher prise, je prends ! 

Plein de courage et de peps pour cette fin de semaine ! Pour moi, ça sera plus de douceur, de lenteur ou quelque chose qui y ressemble. J’en ai besoin ! 😉 

Babies love <3

Veste en laine Pablo Paris, pantalon velours côtelet Uniqlo, Sac Chloé, babies CDC
capture-decran-2016-10-05-a-00-25-42
Babies vernis Comptoir des cotonniers (Collection AW16)

Le grand retour des babies, ( ces chaussures à bout rond avec une ou plusieurs brides ) cette saison, me réjouit énormément. Ces chaussures qui vous donnent envie de vous remettre à danser le Tango.. d’ailleurs Valentino a nommé leur babies « Tango Pumps ». Mais à 845 dollars, les chaussures de ville que je vais porter tous les jours, non merci. ( Mais si vous avez un compte en banque plein à craquer, ou si c’est vraiment la paire de vos rêves, je comprendrais votre choix c’est ici => ICI  elles sont canons ).

capture-decran-2016-10-05-a-00-48-53
Tango pumps Valentino disponibles sur Mytheresa

Vous avez la version semblable pas donnée mais moins onéreuse chez Repetto.

D’ailleurs, je n’ai jamais pu oublier ma toute première paire de babies vernis de Repetto que j’avais eu e lorsque j’étais encore au lycée.  C’est alors depuis ce temps, que je suis à la recherche d’une paire de remplacement, et je dois bien l’avouer, je ne l’ai jamais trouvée.

Ceci dit, lorsque j’ai aperçu cette paire de babies à talons carrés chez le Comptoir des cotonniers, j’ai tout de suite repensé à mes babies préférées. Confortables, vernis mais jamais bling bling, une bonne paire de chaussures chic et confortables. Un poil preppy.

Le risque avec ce genre de chaussures à petits talons, c’est le côté un peu mamie qu’elles peuvent donner si on loupe un peu.

J’adore les chaussures à bout rond mais il ne faut pas que le bout soit trop rond, trop enfantin. Je sais que je suis difficile mais à un détail près, comme je l’ai dit plus haut, on peut passer de chaussures mignonnes à chaussures de mamie ou d’enfant au choix.

Bref, j’avais trouvé la paire qu’il me fallait dans mon dressing, surtout pour aller bosser. Et à pieds comme je le fais tous les matins. Je ne peux pas faire le trajet de retour si j’ai les chaussures qui ne sont bonnes que pour aller faire la belle sur le tapis rouge.. ! si vous voyez ce que je veux dire.

J’affectionne donc beaucoup trop ce genre de chaussures en ce moment. On dirait que je projette d’ouvrir un magasin de chaussures..  Je vous ai donc fait une petite sélection de babies que je trouve vraiment top !

Et lorsque vous les aurez achetées, je vous conseille d’utiliser ma technique de sauvageonne, c’est-à-dire de les écraser une dizaine de fois le bout des babies avec le talon, puis de « travailler » la partie arrière à la main, histoire de ne pas avoir mal aux pieds à la fin de la journée lorsque vous les porterez pour la première fois.. !

On les porte comment ? Avec un pantalon noir velour côtelé slim ou droit, de préférence 7/8 pour laisser voir les brides. Ou un jeans boyfriend un peu court pour casser le côté chic & preppy. 

Enjoy !

Ma sélection : 

  • Babies vernis noir by Comptoir des cotonniers ICI 
  • Babies Valentina by Sézane ❤  ICI
  • Babies vernis noir Electra by Repetto  ❤ ICI 

 

PS : Et si vous avez du mal avec des babies vernis, optez comme moi pour des babies en daim ! les plus belles de chez Ba&sh. Les fameuses Babies Caro à double bride !! ICI 

capture-decran-2016-10-05-a-00-57-16

Doux dimanche

Place à la douceur, au repos. Le mot d’ordre d’un dimanche parfait. 

Il faut dire que la « semi-crève » que j’ai depuis quelques semaines m’a épuisée. Je ne dis pas la crève parce que j’avais tout simplement rien attrapée, donc aucun médicament ne pouvait me soulager, j’avais juste à attendre de récupérer une voix à peu près normale et une forme d’enfer.

Hier, avec Pauline, on a passé, il faut le dire beaucoup de temps au Mariage frères puis j’ai été frappée par une irrésistible envie de dormir. Celle qui vous donne l’impression de vous emporter dans une autre dimension.

J’avais prévu d’aller à une soirée d’anniversaire mais je n’ai pas pu. Clouée au lit, impossible, ne serait-ce que de lever un bras. Mais je me suis laissée faire. Mon corps avait besoin de « ne rien faire ». Ce repos illimité.

C’est comme ça que malgré mon envie de « profiter » de mon si court week-end s’est plié aux ordres de mon corps. Pourtant, ne rien faire, c’est aussi la meilleure façon de profiter de son week-end.


Je suis alors allée chercher le fameux millefeuille de week-end à la Pâtisserie des rêves. J’aime cette pâtisserie et son univers depuis le début de l’enseigne, c’est-à-dire l’époque où ils n’avaient que leur boutique et charmant salon de thé rue de Longchamps dans le 16ème arrondissement. J’affectionne aussi le livre de pâtisserie de Philippe Conticini. À la vue de leur petit piquet rose trop mignon, je repense inévitablement la première fois que je me suis rendue là-bas. Je me rappelle encore de mon gâteau qui est arrivé sur un petit plateau depuis l’étage inférieur dans une sorte d’ascenseur entouré de ces petits piquets si emblématiques. Je mettais les pieds dans ce pays de rêves, un univers onirique que j’aime tant. Le salon de thé était aussi épuré sans tomber dans la niaiserie.

Même si c’est devenu depuis ce temps, une chaîne, j’apprécie toujours autant. Surtout lorsqu’ils ouvrent une boutique pas loin de chez moi. J’ai eu la force d’appeler la boutique à l’heure d’ouverture, depuis mon lit, pour me réserver un millefeuille pour 4-5 personnes, histoire de le partager en famille. C’est aussi ça le bonheur de dimanche cosy-cocoonning.

 Paisible. C’est l’adjectif qui caractérise cette fin de semaine, et qu’est-ce que c’est bon. Dieu sait que j’en avais besoin.

Demain, à l’attaque !

Bonne soirée et surtout un super début de semaine ❤ 

L’indétestable routine parisienne 

Il y a beaucoup de paradoxes dans la vie. Mais surtout dans celle des parisiens. 

On se plait dans ce rôle de parisiens qui râlent, qui se plaignent du stress ambiant, de cette inlassable routine que l’on n’est pas prêt à abandonner. 

Rien que le mot a une connotation négative. Pourtant, on l’adore cette routine qui nous manque tant à l’autre bout du monde, ce rythme redondant qui nous rassure, nous fait tant nous sentir « parisien ». 

Passer à la boulangerie se prendre un café qu’on se plaît à boire sur notre chemin qui mène au boulot, que l’on prends entre midi et deux. Rentrer le soir chez soi d’un air dépité, en se demandant ce qu’on a bien pu faire de la journée pour être si fatigué. Être trop fatigué pour dire qu’on est fatigué. Croiser les autres tout aussi épuisés qui mériteraient qu’on les plaigne aussi. Certains ont encore de l’énergie pour aller se plaindre auprès de leurs congénères attablés au bar, une pinte à la main, une cigarette dans l’autre. Le fond sonore produit par le doux klaxon des franciliens trop pressés pour rentrer sagement en train, de bruits de motards prêts à slalommer entre les smarts et camions poubelles.

Une impression du déjà vu, ah oui, c’était hier soir et on est « que » mardi. Les jours se ressemblent, pourtant, il m’arrive de ressentir une certaine satisfaction. D’avoir accompli quelque chose coûte que coûte. Suis-je trop fatiguée ? Ai-je perdu la tête ? Non. Parce que ce n’est que la conséquence directe d’une vie que j’aie voulu à un moment ou à un autre dans ma vie, qui se dessine. C’est aussi ça le bonheur. Parfois, je repense à mon voyage à l’autre bout du monde, où j’ai cru avoir trouvé un vrai sens à ma vie. Cette dualité dans la vision que l’on a du bonheur, n’a en réalité, rien d’anormal. L’un n’existe pas sans l’autre. 

On craque pour les derniers modèles de sac hors de prix, pourtant la Nature nous fait cracher sur la société de consommation, à l’autre bout du monde, pieds nus dans une tenue quelconque. La vie mouvementée de Paris offre des perles, des moments et soirées incroyables, aussi éphémères que des moments de rêves que l’on vit lorsqu’on voyage. 

La vie est remplie de paradoxes et nous, les parisiens, nous sommes à nous seuls,  un énorme pradoxe. 

Un lieu d’exception déjà magnifique en temps normal, magnifié ! ❤

Weekly post <3

Un petit zoom sur la collection Gigi de Tommy Hilfiger que l’on a pas pu rater pendant la NYFW. 

La rayonnante et souriante Gigi Hadid a ouvert le défilé à NY. 

J’aime bien le style de la maison, décontracté mais plutôt chic. #casualchic avec les couleurs phares de la maison que j’aime beaucoup, le bleu marine et le rouge. On retrouve l’inspiration de l’esprit marin, quelques rayures, l’imprimé compas etc.


J’avais commandé deux pièces et je les ai reçues avec un totebag bleu marine à l’effigie de Gigi. 

La qualité est au rdv et le packaging est top. C’est le genre de pièces basiques que l’on pourrait facilement porter au quotidien. 

Enfin, j’étais partie faire un tour à la Pâtisserie des rêves, histoire de me faire un teatime after party ce dimanche, pour aller chercher leur fameux millefeuille monté minute disponible que le week-end. Quelle déception fut pour moi de n’en trouver aucune..! Mais, je ne suis pas partie bredouille. Je suis quand même repartie avec ces 3 mignonnes pâtisseries qu’on a partagées en famille. La prochaine fois, je ne râterai pas leur millefeuille ! 


Enfin un petit topo sur les mocassins que je porterai enfin. Je m’explique. J’ai toujours trouvé ça sympa de porter les mocassins, et pas n’importe lesquels. Je trouve que les chaussures comme les mocassins sont pas faciles à porter aux premiers abords. On se dit que ça fait mémé, vieilles ou un peu trop dandy. Pourtant, une fois adoptée, elles donnent un style preppy, faussement démodé. 

Elles remplaceraient très bien les ballerines que je n’affectionne pas du tout. Les mocassins, on les porte volontiers avec une tenue casual chic, avec un jean ou pour casser une tenue noire. 

Il commence à faire frais alors faîtes attention à vous pour ne pas perdre la voix comme moi. 
Bisous bisous 

M

Hello september ! 

Couleurs de feuilles d’automne ❤

What’s up ? ou plutôt what’s going on ?

  Tout va globalement plutôt bien. C’est étonnant quand on sait que j’ai stressé ce dernier mois. Même si cela ne se voit pas énormément chez moi, masqué par ma bonne humeur habituelle.

  J’ai été anxieuse pendant un laps de temps, à tel point que je n’arrivais plus à manger.

Et passé cette période assez pénible, comme si cela ne suffisait pas, j’ai perdu ma voix après avoir fêté mon anniversaire. Plus aucun son sortait de ma bouche mais on ne pouvait rien faire pour moi, parce que j’avais ni angine, ni ganglions, je n’avais tout simplement rien attrapé MAIS avait trop fait la fête… ou du moins, j’avais trop crié/parlé.  J’étais sûrement surexcitée… !

Et c’est vraiment simultanément à cette mésaventure, que ma vie s’est éclairée. J’ai à peine eu le temps de réaliser ce qui m’arrivait, que ma vie avait déjà repris un rythme effréné.

Bye bye les voyages à l’autre bout du monde, les paysages magnifiques à faire rêver, la zen attitude, le calme … les siestes.. oh oui les siestes … !

 Mais, plus étonnant encore, je suis épanouie, heureuse d’être occupée, d’être épuisée à la fin de la journée. Mais pas assez pour que j’aie encore la force de faire le singe dans mon salon, pour m’épuiser physiquement jusqu’à minuit. Même si je peux me plaindre parfois et dire que je suis fatiguée 3 fois de suite, ça reste plutôt un « arf, je suis fatiguée » de satisfaction. Satisfaction de me coucher un peu moins bête tous les soirs.

Je commence enfin à voir le chemin de ma vie, se dessiner petit à petit, à envisager un avenir à long terme. Je commence peut-être à assumer mon quart de siècle, mon statut de femme adulte enfin. Et ce n’est pas trop tôt..

Je suis plus que jamais motivée et comme les feuilles d’automne qui changent de couleurs avec le temps, moi aussi, je mûrie un peu plus encore.

Je me sens libre comme jamais, libre non pas parce que c’est le néant autour de moi, mais parce que je me sens enfin prête pour avancer, aller loin, je pense les éléments nécessaires pour attaquer et relever les défis. Construire quelque chose et affronter l’avenir certes angoissant lorsqu’on est encore tout jeune.

Ne supportant pas la chaleur, j’apprécie ce temps un peu plus clément, certes un peu pluvieux mais qui me permet d’être enveloppée comme un poussin dans un gros pull douillet et qui permet de m’habiller en un temps record le matin.  J’enfile un pull, une petite robe, un jean ou un haut puis mes bottines et hop. Même si depuis que j’ai repris le cab, c’est plutôt un casse-tête de m’habiller pour aller travailler, surtout lorsqu’il fait chaud .. ! Comme le noir domine quand même les tenues de travail, dès que je peux m’habiller décontracté et autrement, je veux de la couleur.  Je veux voir la vie en arc-en-ciel.

J’espère que la reprise se passe bien pour tout le monde, malgré le stress ambiant presque inévitable. C’est aussi ce stress ( minimum) qui permet à tout le monde de se surpasser .

Plein plein de courage et de bisous à tous ceux qui lisent mes futilités où que vous soyez ! xoxo

Vraiment ravie de ce sac Folk en rouille Sézane alors même que je n’étais pas du tout convaincue lorsque ce modèle est sortie il y a plus d’un an. Pendant longtemps, il m’avait laissée indifférente. Mais dans ce coloris, je l’avais trouvé plus à mon goût puis une fois adopté, je le trouve vraiment pratique en fait cette forme qui permet de mettre un peu n’importe quoi et qui a tout d’un petit panier que l’on peut fermer rien qu’en serrant les liens. Comme quoi, les premières impressions ne sont pas toujours les bonnes !

Quant aux bottines, j’aime beaucoup l’effet qu’elles font au niveau des chevilles. ça me rappelle un peu mes fleurs préférées, les tulipes. Même si elles sont basiques, ce petit détail les rend uniques et féminines.

Le gros gilet moutarde vient de chez Pablo. Je l’ai déniché à -50% après les soldes. Je l’avais loupé celui-là mais je l’ai repéré juste avant qu’il ne soit trop tard. La très belle couleur moutarde m’a tout de suite attirée. Pourtant, c’est un gilet de la collection PE 2016.

Kiwi love <3 

Je suis allée pour la première fois à Tokyo Midtown de Roppongi. C’est un vaste centre commercial vraiment moderne et sympa où se trouvent toutes les boutiques que je connais très bien mais à Paris. Par exemple, l’excellente et raffinée pâtisserie Toraya mais aussi des pâtisseries françaises et même la boulangerie Kayser. Les boutiques de marque étrangère sont des boutiques chic et de luxe pour les tokyoïtes. C’est pourquoi ce centre commercial est un peu snob. Néanmoins, il est très agréable de se balader à l’intérieur et se promener dans le jardin qui se trouve à côté.  

J’aime beaucoup les glaces de Paletas frozen fruits bar. Les glaces sont tellement jolies qu’elles me donneraient presque envie de toutes les manger !  Il y a un large choix et toutes les glaces sont faites d’ingrédients naturels. Ma glace préférée est celle faite de kiwi et de yaourt ❤ 

Pour se rendre à Tokyo Midtown, rien de plus compliqué que de prendre la sortie qui donne directement accès au sous-sol du centre à la station de métro Roppongi d’Oedo line. 😉

Inspiration et coups de coeur de Juin <3 

Mes coups de coeur de juin ❤

Top Loretta et Low venezia de la capsule de juin de Sézane <3 j'aime beaucoup le tissu à carreaux Lurex :)
Top Loretta et Low venezia de la capsule de juin de Sézane ❤ j’aime beaucoup le tissu à carreaux Lurex 🙂
la piscine parce que ça me manque de bouger, sous le soleil et que je  ne rêve que de partir faire des sessions de Wakeboard.
la piscine parce que ça me manque de bouger, sous le soleil et que je ne rêve que de partir faire des sessions de Wakeboard.
le seul point positif d’avoir ce temps pluvieux à Paris, pouvoir sortir souvent le ciré jaune petit bateau acheté avec Anne. Cette couleur jaune poussin canari me rappelle mon année de CP au Japon. Mimicracra !

Pour continuer dans la lancée « mode bretonne » je mets ici une photo d’espadrilles rayées marinière de Sézane. 


Le mois de mois nous nous a bien arnaqué ! J’ai vraiment hâte de rebouger à nouveau, aller faire du vélo, m’épuiser sur une planche, plonger dans l’eau froide …! 

Mon été sera long ..! 


Le déluge sans fin à Paris depuis quelques jours. Si ça ne me dérange pas qu’il y ait quelques averses par-ci par-là, lorsqu’il pleut des cordes, je n’ai qu’une seule envie, c’est de ne jamais jamais quitter mon lit..

On est déjà au moins de juin, mais le soleil et la chaleur ne sont pas du tout au rendez-vous.

Malgré tout, j’ai décidé que lorsque le soleil sera de retour, je sortirai espadrilles et robes longues. Oui, des robes longues d’été. Étant allergique aux piqûres de moustique, j’allie le confort et l’esthétique. Elles feront office de moustiquaire.

On en voit de plus en plus en boutique depuis l’été dernier. On peut mettre de côté, les mini robes d’été qui dévoilent franchement nos gambettes, aussi belles soient-elles ..! Elles se portent très bien avec des sandales compensées mais aussi avec des espadrilles ou nu-pieds plates. 

En espérant que mon été sera aussi long que ma robe préférée !

 Belgravia Aquazzura
Belgravia Aquazzura

J’ai enfin mis la main sur les espadrilles Belgravia de la marque italienne Aquazzura que j’avais déjà repérées l’été dernier. J’ai attendu un an. Je troquerai volontiers mes autres chaussures plates d’été pour elles. Elles sont jolies et super confortables. La semelle n’est pas trop fine comme si on marchait sur un petit coussinet.  🙂 Elles sont chères. J’ai vu des  modèles d’un peu moindre qualité mais beaucoup moins cher dans des marques comme Buffalo ou chez Topshop.   des bisous ! 

L’appartement Sézane à Paris 

Ce concept appartement-boutique est une bonne idée.

On se sent à la fois excitée de faire le tour de l’appartement dans l’idée d’y dénicher quelque chose mais aussi un peu trop chez soi pour que cette visite ne soit qu’un passage éphémère.

La musique en fond sonore n’est pas celle qui vous entraîne dans une folie de shoppeuse invétérée mais plutôt celle qui vous invite à vous vautrer dans le canapé en compagnie de coussins que vous avez envie d’emporter directement chez vous.

La tentation y est forte et on ferait sans doute mieux de cacher sa carte bleue tout au fond du sac

Ne surtout pas y aller quand on a faim comme moi parce que j’ai cru que j’allais y préparer une salade de tomates basilic avec toutes les belles tomates coeur de boeuf qui se trouvaient un peu partout exposées dans l’appartement. Seul bémol, je trouve un peu dommage d’exposer de la nourriture sachant que j’imagine mal les gens manger des tomates qui ont sans doute été touchées par plusieurs passants..

Outre ce petit détail, c’est un réel plaisir de passer dans cet appartement boutique qui nous offre la possibilité d’essayer directement les vêtements de la collection. Une occasion pour les sézanettes de confirmer quelques hésitations, d’essayer les vêtements que l’on n’a pas osés commander etc.

Une occasion aussi pour moi de retrouver quelques objets et papeterie de la marque HAY design que j’affectionne beaucoup.

On ne peut malheureusement pas y acheter les vêtements. On peut tout de même les commander si les articles ne sont pas en rupture de stock..! Et repartir avec des portefeuilles ou quelques sacs de la collection permanente. ( #take-away)

Je suis repartie avec quelques cadeaux que j’ai achetés pour la fête des mères et un peu aussi pour moi.

Comment s’y rendre : 1 rue Saint-Fiacre 75002 Paris. (Métro : Sentier, Bourse, Bonne-nouvelle ou Grands Boulevards) 

 x Attention, l’appartement n’est ouvert qu’à partir de mercredi.  Je me suis faite avoir une fois en y allant un mardi.. 😦 x

jolie petite pochette BorgodelleTovaglie x Sézane et le petit carnet Dolce Vita
une petite pause gourmande parce que oui, c’est fatigant de voir autant de jolies choses ..! 😉
une jolie sélection de papeterie ❤  Semainier Season Paper made in France

Cosa fai di bello amore ? 

ma gare préférée 🙂 la plus mignonne au monde


Je reviens tout juste de mon long week-end en Italie du Nord. 

Ce n’est pas la première fois que je me rends là-bas. Depuis que j’y ai emmené ma soeur par surprise, je suis amoureuse de cette région d’Italie. Après s’y être retournée en famille, cette fois-ci, je me suis rendue là-bas avec deux amies. La prochaine fois, j’y emmènerai mon futur amoureux qui sait ..? 🙂

Si la ville de Milan en elle-même n’est pas exceptionnelle en terme de spots touristiques par rapport à d’autres villes italiennes, comme j’ai si bien dit, c’est une ville qui se vit plutôt qu’elle ne se visite. Ce que j’aime par dessus tout c’est cette vie au lac entre l’eau et les montagnes. C’est là que je me sens le mieux.  C’est l’un des rares endroits au monde où je me dis que j’aimerais passer la journée voir des jours à contempler le paysage en buvant un bon cappuccino ou un spritz selon l’humeur.

J’ai encore de très belles images plein la tête. Et encore un peu de Spritz que je n’ai cessé de boire là-bas.. Haha.  On peut en boire 3 au prix d’un à Paris, alors pourquoi ne pas profiter ?! C’est agréable de se faire appeler « amore » même si ça ne signifie pas grand chose, c’est toujours plus mielleux que des « hey toi! ».  J’aimerais être « amore » di tutti.

On était 3 filles mais on a voyagé avec un sac à dos chacune. On a du dormir à l’aéroport le dernier soir mais pas de soucis, on est des supergirls et les supergirls don’t cry !

J’ai fait ma maligne mais encore à l’heure où j’écris je suis fatiguée et déprimée. Le retour à la réalité a été trop dure. À commencer par l’arrivée à l’aéroport, le temps nuageux et une température à me donner la chaire de poule. Mais ça va aller. Je refais mon CV et rédige une dizaine de lettre de motivation. Parce que si je veux continuer à voyager et prendre des week-ends de rêve, j’ai intérêt à me trouver un bon boulot..!

J’espère que vous n’êtes pas tombé malade et que vous débordez d’enthousiasme contrairement à moi.

Besos !

qu’est-ce qu’elles sont bonnes les tomates en Italie ! comme dans le sud.
vous vous souvenez de cette scène dans Starwars ?

There is a light …

« You’ve got a face not spoiled by beauty
I have some scars from where I’ve been
You’ve got eyes that can see right through me
You’re not afraid of anything they’ve seen

I was told that I would feel
Nothing the first time
I don’t know how these cuts heal
But in you I found a right

If there is a light
You can always see
And there is a world
We can always be
If there is a dark
That we shouldn’t doubt
And there is a light
Don’t let it go out »

Song for someone U2

Aie ! Ça pique ! ~ plantes grasses ~ succulentes ~ 


Ma petite collection de cactus – plantes succulentes n’est plus vraiment petite. C’est désormais une petite famille. J’ai encore un peu de mal à les faire grandir et les bouturer mais elles se portent dans l’ensemble plutôt bien ! 

En ce moment, mon truc c’est les plantes carnivores. Dans mon inconscient c’est mon ami qui lutterait contre mes pires ennemis après les oiseaux, les petits insectes volants ! 

En plus d’être mignon, en appartement, ces petites plantes me font du bien. 

Mon dernier coup de coeur, un petit cactus greffé que j’ai ramené lors de ma grande ballade à vélo de jardinerie. 

Winter is gone but spring is not here 

pour préparer un « matcha bowl » chez vous, il vous faut, 2-3 bananes, une cuillère à café de poudre matcha, un fond de lait ( au choix ), quelques toppings ( noix de coco, fruits rouges, des graines etc)

En Avril, ne te découvre pas d’un fil ..

  Le temps se gâte et on oublierait presque que nous sommes en avril. D’ailleurs le mois d’avril touche à sa fin et les souvenirs du soleil qui a réchauffé ma peau dernièrement s’envolent comme des feuilles mortes balayées en un seul coup par un vent glacial.

 Ce mois-ci, j’ai beaucoup travaillé sur moi-même et mon bien être. Les rapports que j’entretiens avec ceux qui m’entourent et le monde extérieur. Le temps s’y prêtait bien et quand on est de bonne humeur et positif, les bonnes ondes attirent les bonnes, et généralement, tout va bien. À l’inverse, lorsqu’on ressasse nos idées noires, on entre dans un cercle vicieux morose sans fin.

Le fait de bouger, sans rien attendre en retour, c’est-à-dire sans s’attendre à voir des résultats immédiats sur notre silhouette ou un bien être immédiat, on arrive vraiment à se ressourcer et à se sentir bien en faisant du sport. Je pense que c’est notre société qui veut ça. L’obtention des efforts et des résultats instantanés et on finit souvent par être obnubilé plus par le but à atteindre que le parcours lui-même que l’on emprunte.

C’est dans cet esprit que ce mois-ci, j’ai entrepris 4 sessions de ballade à vélo d’environ 20km à chaque fois. Le dépassement de soi-même est quelque chose de plaisant. Je pense que c’est un sport très accessible à tous. Moins traumatisant que la course à pieds. Ça nous rappelle l’enfance.

Avant de partir faire du vélo le dimanche, j’ai aussi entrepris la préparation d’un « matcha bowl ». Mais qu’est-ce que c’est que ce truc encore ? Vous vous dîtes comme tout mon entourage.  

J’ai goûté avec Pauline, un Acai bowl chez Season à Paris près de République. On voulait y aller depuis longtemps mais on y a mis du temps parce que c’est un peu loin de chez nous.  C’est une sorte de smoothie à base de banane qu’on a mixée avec un peu de baies Acai sur lesquels on parsème quelques « toppings », ingrédients tels que les graines de courges, un peu de granola etc.

Le matcha bowl, c’est la même chose sauf qu’on y ajoute du matcha thé vert à la place de acai.

N’ayant pas pu le tester chez Season, j’ai essayé d’en faire un chez moi et c’était franchement pas mal. Même si dans ma mission « paraître la moins étrange possible », j’ai reculé d’au moins 50 pas …!

Les toppings s’achètent aisément dans les épiceries bio. Je conseille le Krounchy granola, un peu de coco rapé et les graines de courge. Les fruits rouges se trouvent facilement chez Picard au rayon surgelé. Je préfère nettement les fruits frais mais les surgelés permettent d’en avoir toujours en réserve et à moindre coût.

Préparation : il suffit de mixer dans un blender, 2-3 bananes, un peu de lait ( selon la texture souhaitée mais il ne faut pas que ça devienne un milkshake), ensuite un peu de stévia ( ou de sucre ) + une cuillère de poudre matcha. On verse la préparation dans un bol et on y ajoute les ingrédients que l’on veut dessus. ( Granola, céréales, flocons d’avoine, coco rapé, baies de goji, des fruits rouges, figues etc. ) Faîtes preuve d’imagination 😉

 

 

Summer vibes ~ Retro chic ~ denim & vichy

Summer vibes 

 

Je les sens enfin ces ondes positives d’été. Je prie chaque jour pour que le soleil revienne mais dès qu’il est là, j’atteins une productivité mentale minimale presque indécente ..!

Je me plais à croire que je ne bosse jamais, que mes neurones se font absentes mais comme hier, je fais de temps en temps des nuits blanches de boulot pour finalement me coucher à 10h du matin pour reprendre ma journée à 16h..! Organisationnelle ? Non mais je suis dotée d’une grande flexibilité et capacité d’adaptation …! Mouais !

Donc, revenons au sujet de départ, ça me fait du bien d’aérer mon cerveau, qui a un peu surchauffé hier avec des choses « futiles » néamons indispensables à la vie bohème ..! Du vichy, du denim …!

Je fais une fixette – vous l’aurez compris – sur du vichy. Que ce soit en bleu marine, bleu ciel, en noir et blanc !

Quant au denim, c’est depuis toujours. Je me rappelle toujours de ce petit sac en jean que j’avais cousu moi-même à 10ans et qui ne me quittait jamais !

D’ailleurs, je devrais m’en refaire un similaire !! ( encore une idée chronophage )

Les deux se marient plutôt bien et vont bien aussi avec la broderie anglaise qui sera à la mode cet été, des rayures verticales, du daim camel of course mais aussi noir.

Les petites touches des accessoires, peu importe les tendances du moment sont éternelles !

À cet instant précis, je rêve de vacances, d’Italie, du soleil brûlant, d’un paysage époustouflant, d’une Nature qui m’entoure, un Romeo, d’un petit bateau à moteur, un joli coucher de soleil …!

J’ai enfin retrouvé mon permis bateau, longtemps porté disparu .. ! Hourra !!!

 

un vrai coup de coeur pour mon nouveau maillot de bain même si j en avais déjà un similaire celui ci est encore plus top ❤️

ysé lingerie x sézane
mention spéciale à l'Italie qui incarne pour moi la dolce vita   idéale et à ma protection d'ipad en denim déniché au Japon ! 

Génération 2.0 ou la génération qui se contente d’exister

photo que j’ai prise dimanche dernier à Giverny

 


La génération flemmarde 2.0: 

   Lorsque j’ai crée ce site, je me suis jurée de ne parler que des choses futiles qui peuvent néanmoins agrémenter notre existence, et plus particulièrement de jeunes femmes « coquettes ».

Pour moi, la coquetterie fait partie d’un plaisir, un prolongement de ma passion pour les belles choses. Il n’a jamais été question pour moi de me préoccuper de l’avis des autres ou de m’habiller de telle manière à ce que les autres apprécient. De toute façon, chaque personne ayant plus ou moins un goût différent, c’est pratiquement impossible de plaire à tout le monde. Ou alors, on opte pour la « banalité », ce qui est généralement accepté par tout le monde. Ce n’est à ce moment-là, plus un plaisir.  Je n’entre pas dans le débat de savoir si prendre soin de soi, c’est être superficiel. Ma réponse est clairement non, en revanche, on est de cette génération qui se contente de vivre de manière superficielle.  Je m’explique ..

  Je ne fais pas partie de tous ceux qui sont formellement opposés à l’évolution technologique. C’est vrai que je suis de la génération qui a découvert l’essor de la nouvelle technologie, qui a un peu connu le temps où on devait appeler sur le fixe de nos copains pour fixer un rdv, pour aller voir un film au cinéma ou même se retrouver chez Starbucks. Le temps où on réservait nos courts de tennis via Minitel.. mais aussi de cette génération ultra-connectée et qui s’est adaptée à toutes les choses en général utiles, qui ont été permises par l’essor de l’internet. Si cette flexibilité nous a été bénéfique, je pense qu’on s’est un peu perdu entre la modernité et cette profonde nostalgie qui nous ronge.

    Il m’arrive de temps en temps de regretter ce temps où on ne se contentait pas d’exister, virtuellement, où on n’avait pas ce profil virtuel à travers lequel on existe.

Parce que s’il y a une chose que l’internet ne nous permet pas, c’est de vivre à travers-lui. Et même d’exister, parce que cette existence est virtuelle. Un peu comme si on jouait au Sims ou sur Second life dont on entends plus trop parler d’ailleurs pour ne pas dire pas du tout. On essaie plus de creuser, de connaître chaque personne, ce quelque chose qui la rendrait unique. On vit sur cette illusion de multitudes de choix que l’on n’a pas vraiment quand on réfléchit vraiment. Toujours cette dichotomie entre la quantité et la qualité.

 On se contente de plaire, de savoir si on plaît ou non, de savoir que des tas de gens existent, peut-être bien en bas de chez nous, ou même un peu plus loin dans la même ville. Qu’ils sont peut-être en train de profiter du beau temps, peut-être bien en train de boire une bière.

 Mais, le constat est là, on ne vit plus, on ne partage plus grand chose réellement. On ne s’implique pas, on ne se mélange pas. On se contente de lire les notices, de se faire une idée.  Chacun vit dans sa bulle. Un peu comme si on fuyait la réalité. Oui, on préfère se contenter de savoir qu’il y a des opportunités, même si elles ne sont qu’illusion.  On le préfère à des déceptions ou à la désillusion qui fait mal. Surtout lorsqu’internet nous fait miroiter des choses lointaines. On croit fort que ce qui ne s’est pas encore produit est possible. On ne fait plus aucun effort. Et ce n’est pas un reproche que je fais aux autres parce que moi-même, je suis blasée. On nous rabâche sans cesse la même chose, comment continuer à trouver quelque chose, quelqu’un qui éveille notre curiosité ? C’est comme si on commençait à jouer à un jeu que l’on connaît par coeur, dont on connaît la fin.  C’est redondant et navrant.

J’ai toujours aimé sentir, toucher, entendre, ressentir mes émotions. Utiliser pleinement mes cinq sens. La technologie nous permet de prendre contact avec des amis, des proches qui se trouvent à l’autre bout du monde. C’est vrai que d’avoir l’impression d’être proche virtuellement de ceux qu’on aime nous fait du bien, c’est toujours mieux que rien. Mais c’est à double tranchant, parce qu’on finit par se contenter de ce contact « virtuel » et si on finit par ne plus se voir du tout parce qu’on ne prends plus la peine de réserver nos billets d’avion, alors c’est nul.

Je repense souvent à ce que disait Sartre. « Refuser de choisir, c’est encore choisir. »

Moi, j’ai fait mon choix. Je préfère ne pas jouer à ce jeu. Il y a des gens qui préfèrent jouer même en sachant qu’ils ne gagneront rien, soit parce que ça les occupe, soit parce qu’ils ont l’impression de faire quelque chose, d’exister. A ce moment-là, autant ne pas exister..

Faire un choix, choisir, c’est prendre un risque. Un risque d’être déçu, d’être blessé, mais sans ça, on ne vit pas. C’est la preuve même qu’on s’implique, qu’on s’investie émotionnellement et que l’on existe.

Je refuse de croire qu’on n’existe pas parce qu’on ne joue pas. Etant quelqu’un de très passionnée, je ne vis plus dès lorsque je n’ai plus cette inspiration, lorsque je ne suis plus animée par des choses qui m’intéressent.

Ne pas jouer, c’est peut-être ça, exister et c’est commencer à vivre réellement. Ressentir des choses pleinement, affronter la vie, la réalité. Quelque chose de pas forcément positif, mais c’est appréhender les choses, la vie de manière profonde.

Exister, c’est bien. Vivre c’est mieux. Exister virtuellement, c’est carrément naze.

Midori

 

Petite ballade domicale à Paris

Le soleil a fait un petit retour timide ce dimanche sur Paris.

Ce fut pour moi l’occasion d’aller en profiter aux alentours de mon ancien chez moi, de mon petit appartement qui me manque de plus en plus et de retrouver une amie au Shakespeare and co cafe juste en face de Notre-Dame de Paris.

Lorsqu’on ne sait pas vraiment sur quel pied danser, quand on n’a plus de repères fixes, cela fait du bien de retrouver ses vieilles habitudes, un environnement familier, ou du moins qui le fût..

Il est plaisant d’entendre les anglophones parler de tout et de rien, en buvant un petit café face à la Cathédrale de Notre-Dame de Paris surplombant la Seine sous un temps ensoleillé et un ciel bleu que l’on n’a ps vu depuis des lustres.

Et c’est à cette occasion que mes questions existentielles refont surface ..! Mais quand vais-je pouvoir revoyager, me trouver le temps d’aller en NZ, au Japon, en Aussie, en Islande et je ne sais où ..! Je pleure déja …!

Mon petit jardin « secret  » ~ mes terrariums <3 

 


Terrarium acheté à Londres chez Sass and Belle, plante grasse chez Green Factory à Paris.

 

Je me demande comment j’aurais pu ne pas avoir la main verte en ayant un prénom comme le mien.. J’ai toujours eu ce gros côté Nature qui me rappelle énormément mon enfance vécue au Japon.

Dès le plus jeune âge, on nous apprends à respecter la nature, à planter des fleurs à l’école et de s’en occuper. Ce genre d’activité m’a toujours détendue et cette sensation froide que l’on ressent quand on met nos mains dans du terreau, me fait le plus grand bien.

N’allant plus dans le sud et n’ayant pas de jardin à Paris ( en même temps je n’aimerais jamais habiter au rez-de-chaussé => phobie ), il est impossible d’assouvir mon besoin d’être entourée de plantes, ni de satisfaire mon envie de me créer un petit jardin. Le retour des terrariums tombe à pic car je vais pouvoir faire preuve de créativité et apporter encore plus de verdure dans ma chambre que j’ai récemment redécorée. 🙂

Mais qu’est-ce qu’un terrarium ? C’est comme les terrariums pour reptiles sauf qu’on y trouve aucun reptile, seulement des plantes grasses miniatures ou quelques cactus. Ils apportent une touche déco zen à votre intérieur. Et une petite odeur de mousse qui n’est pas déplaisante. On cultive en quelque sorte un mini jardin, un petit monde, écosystème à l’intérieur d’un bocal, d’un vase etc.

Pour commencer, j’ai pris un kit chez Green Factory qui se trouve dans le 10ème arrondissement à Paris. ( 17 Rue Lucien Sampaix, 75010 Paris). Mais je sens qu’il va falloir que je trouve d’autres adresses pour me fournir, moins cher et surtout des minis bonzaïs. Ce kit est assez complet et à un prix plutôt raisonnable.

Pour le récipient ( qui n’est pas fourni ), je vous conseille tout d’abord de faire avec ce que vous avez à la maison. Un simple vase suffit.

Quant aux mini-plantes grasses, vous pouvez en trouver chez Fleux concept store dans le Marais.  Vous pouvez toujours vous procurer les plantes grasses moins cher en jardinerie classique, comme chez Truffaut. On trouve aussi facilement des mini-plantes grasses – des succulentes – chez les fleuristes ! 🙂

À vous de jouer !

 
  

   

Un petit geste écolo <3

  Je suis loin d’être une écolo irréprochable et parfois, il m’arrive de faire des trucs vraiment pas permis  mais j’ai conscience que des petits gestes par-ci par-là au quotidien si tout le monde s’y mettait rendrait la Terre un peu plus propre, plus viable. 

Depuis cette année, on ne nous donne plus de sacs plastiques et c’est plutôt une bonne chose. J’entends plein de gens râler à la caisse, et rouspéter « il faut tout payer maintenant, même le bonjour ». 

Je ne les comprends vraiment pas. On a juste pris l’habitude de se servir de ses sacs plastiques qu’on nous donnait mais si on intègre l’utilisation des sacs en toile dans nos habitudes, ce n’est pas une chose difficile, que d’apporter nous-même notre propre sac. Et dans le besoin, on peut toujours acheter des sacs en papier solide ou bien des sacs en tissu à un prix moindre et surtout réutilisables. Ces sacs ont en plus l’avantage d’être beaucoup plus esthétique et surtout solide. 

J’ai donc pris l’habitude, quand la taille de mes sacs me le permet de prendre toujours sur moi un sac en toile. On ne sait jamais … ! Un cadeau d’une copine, des objets supplémentaires à transporter .. Etc. Ces sacs sont donc bien pratiques. 

De plus, les magasins de vêtements ne nous offrent de plus en plus ces sacs en toile. J’ai accumulé un nombre incalculable de totebag Sézane, je ne savais plus quoi en faire après avoir fait quelques pochettes, et bien, j’en ai donné à toutes mes copines et pourtant ils m’ont restent encore. Ceux qui m’ont reste, je les utilise pour aller faire mes courses ou pour y mettre mon bazar, parfois pour faire des tris ou ranger mes chaussettes. On peut donc leur trouver plein d’utilités. 😉 

PS: J’aime beaucoup les totebags de Des petitis hauts, et même ceux qu’on achète. 

Et vous avez-vous votre sac en toile fétiche ? 

Décoration : Suspension bocaux <3 

 

Cela fait des années que j’étais à la recherche d’une suspension pour ma chambre mais n’ayant pas de fils électriques qui arrivent au plafond, j’avais un peu abandonné l’idée d’en avoir. Après avoir réfléchi et imaginé ce que je pouvais faire à l’aide des cordons d’alimentation, j’ai sauté le pas parce qu’il n’y a que pendant ma semaine de vacances que je peux me permettre d’entreprendre un tel projet.

Il a fallu couper le cordon, installer les prises, les interrupteurs, les douilles et monter sur une grande échelle pour accrocher les fils au plafond, et dieu sait que j’ai le vertige et horreur du vide. ( bon, c’est « que » 3 mètres mais quand même …!  Il m’a fallu énormément de patience mais dieu sait aussi que je prends un malin plaisir à accomplir des tâches fastidieuses lorsque je le veux bien..!

J’aimerais changer la taille de bocaux « Le Parfait » et ce n’est pas un problème parce qu’il suffit de choisir des bocaux qui correspondent au diamètre du couvercle.  Les ampoules filament sont très jolies à regarder mais elles ont l’inconvénient de produire beaucoup de chaleur et surtout dans des bocaux en verre. Je vous conseille donc d’y remédier en choisissant des ampoules à filament LED qui sont plus chères mais qui ne chauffent que peu et dure beaucoup plus longtemps. ( environ 30 euros ). => ampoules Edison 2.0 par exemple.

Comme quoi avec un peu de persévérance, on arrive presque à tout faire soi-même ! 🙂 Mais si vous n’êtes vraiment pas à l’aise, alors demandez de l’aide et conseils à votre chéri(e), à vos amis ou à un électricien. Règle élémentaire de base : ne manipulez pas une lampe branchée.

Ma petite semaine de repos se termine bientôt et ce n’est pas si mal parce que je n’ai plus envie d’entendre parler des lampes dans les jours à venir … 😉

Bon week-end à tous !
Xoxo

 

Silence, ça pousse !  : petite pousse d’Alfalfa 

 
 Ça y est, le maudit mois de février fait place au mois de mars. Qui dit mois de mars dit printemps ! Ce n’est pas encore ça et le temps est toujours déprimant mais ça fait du bien de sentir le printemps arriver petit à petit.

En ce moment, côté nourriture, j’ai une nouvelle lubie. Après les avoir redécouvertes dans le frigo d’une amie il y a quelques jours.

 Les petits pousses d’Alfalfa à manger seules ou à ajouter dans nos préparations, que ce soit dans une salade ou omelette ou en accompagnement.

Ces petites pousses font du bien après un bon repas copieux. Elles apportent un peu de fraîcheur et sont pleines de vertus.

Personnellement, je les adore dans les salades ou je les mange seules avec un peu de vinaigre et d’huile d’olive.

On leur reconnaît des bienfaits notamment parce qu’elles sont pleines de vitamines, de protéines et de minéraux. ( calcium, magnésium, vitamine D etc ).

La prochaine étape serait pour moi de me procurer un bocal à faire germer qui soit pratique et joli en même temps. J’aime bien le fait de pouvoir faire pousser ce que je vais manger chez moi.

Je les achète à la superette bio pour l’instant.

Je vous fait plein de bisous et partage avec vous ma toute bonne humeur. Je suis vraiment ravie de pouvoir remanger comme avant tout en faisant attention. Mon corps réclame des choses saines après avoir eu une forte envie de manger salé puisque je m’en étais privé mais comme on dit, quand on mange bien, on se sent bien ! 🙂

Je vous souhaite de bonnes vacances si vous êtes chanceux ! Xoxo

 

Toujours autour d’un café

  
Comme je le dis et répète chaque année, le mois de février est rude. 

Plus le temps est dur, plus le nombre de café que je prends augmente et ça ne m’étonnerait même pas que mon organisme en soit intoxiqué. Pourtant j’aime ça, l’amertume singulier du café. 

Que ce soit le café partagé avec une bonne copine, avec une nouvelle connaissance, ou avec un vieil ami, le café a toujours ce goût amer. 

Un peu comme les bons souvenirs, quelque soit le degré de bonheur vécu par le passé, lorsqu’il se transforme en souvenir, ce dernier est marqué à jamais par l’amertume. 

Pourtant, ce souvenir dont je parle, qui m’a marquée, n’a pas commencé avec un café, mais avec un chocolat chaud. 

 Ce chocolat a aujourd’hui, un goût amer, mais celui d’un bon chocolat noir. À consommer avec modération. Mais que je ne voudrais jamais oublier. 

Tout ce qui est bon, n’est pas forcément éternel. Mais l’amertume qu’il laisse semble ne jamais disparaître et on tente de la noyer sous une bonne dose de chantilly. 

East mamma miiiiia <3 

 Tous les ans, le mois de février est une période un peu charnière pour moi, un tout petit peu rude avec le mauvais temps qui l’accompagne mais c’est aussi une période très riche en anniversaire. Du moins, beaucoup de personnes que j’apprécie sont nées en février. 

Ce mois-ci rime donc avec de nombreuses sorties et soirées, ce qui n’est pas si mal même si j’ai un peu de mal à suivre le rythme d’autant plus que j’entame mon sevrage en corticoïdes. Ce qui est en fait, une très bonne nouvelle ! 

À l’occasion de l’anniversaire de ma copine adorée, on a pu tester – j’ai envie de dire enfin – un autre restaurant de la chaîne Bigmamma, le East mamma dans le 11ème pas loin de Bastille. 

Il est vrai que le côté « branché » des restaurants tendances me rébutent un peu d’habitude, parce que j’ai l’impression que cela leur enlève un peu le côté insolite et  de l’authenticité. Mais, ce restaurant est franchement sympa pour passer une soirée sympa entre amie ou en tête à tête. J’aime bien la déco, le cadre est sympa, même s’il y a un peu d’attente ( ce qui va de paire avec le côté branché ) si vous cherchez un restaurant fétiche, dont vous êtes le seul enfin presque à connaître, passez votre chemin. Le prix est à mon goût un peu trop élevé par rapport aux très bons restaurants italiens que l’on peut trouver à Paris, mais ce restaurant vaut le détour. Les serveurs et serveuses sont sympa, l’accueil est chaleureux et accent italien en prime, on s’y sent vite à l’aise. 

Sans réservation, je vous conseille vivement d’y aller un soir de la semaine ( ce qui ne vous évitera pas forcément un temps d’attente supérieur à 30min) mais laissez votre prénom et votre numéro de portable et allez prendre un petit verre dans les bars aux alentours. Ce n’est pas ce qui manque. 

Je vous conseille la burrata à partager que nous avons vraiment appréciée. ( c’est une amatrice inconditionnelle de la burrata qui vous le dit) et les pâtes à la truffe à condition que vous aimiez ça.

Donc pour résumer le tout, je n’irai pas dans ce restaurant toutes les semaines, mais il vaut le coup pour une petite occasion ou pour un dîner entre amis 😉 
Bonne fin de semaine ! 

  
  

   

Restaurant East mamma : rue du faubourg saint Antoine. Métro : Ledru-Rollin mais accessible à pieds depuis Bastille. 

Mode : retour du Denim  ! Tendances 2016

Il est peut-être temps de délaisser la foule et les soldes pour se focaliser sur la nouvelle collection et les nouvelles tendances. Ne pas craquer sur les choses qui font hésiter juste parce que c’est moins cher et qui finissent souvent dans le coin de nos placards.. 

Le denim revient en force. On en verra un peu partout que ce soit en chemise, en jupe mais surtout en robe. 

Ce n’est pas pour me déplaire parce que j’aime le côté décontracté des robes denim. En attendant le printemps et un temps plus doux, on peut les porter avec des bottes ou des cuissardes. 

Xoxo   
    
    
 

Robe chemise denim Massimo Dutti 

Bottes cuissardes olive Freya

  

Lonely moment ..

Quoi de plus précieux que ce moment que vous savourez seul ? Ce moment sans tracas, sans se soucier des autres, voir même égoïste ? On en a tous besoin. Pour les uns c’est le sport, pour d’autres, la lecture. 

J’apprécie ce moment où je me jette dans le lit en lançant ma musique préférée selon l’humeur du moment. Et ne penser à rien enfin presque. Un peu comme si le temps s’arrêtait, comme si on se réfugiait dans notre bulle et quittait temporairement le monde, la réalité pour souffler un peu. 

Je ne me lasse pas de regarder le disque tourner sur la platine. C’est con mais ça me détend. Ne serait-ce que de faire tomber délicatement la cellule sur la piste, l’endroit souhaité. 

Après tout, c’est ce genre de moment ressourçant qui nous permet d’être en forme et d’avoir la force de sourire le lendemain matin et avoir l’envie de voir les autres. Ça permet de cultiver le « soi », d’enrichir son propre univers, cultiver un mélange parfois étrange mais qui fait qu’on est à peu près unique en partageant pontuellement quelques ressemblances avec les autres. 

« The precious moment »

 Je sais que les turntables, les platines vinyles reviennent en force, ce qui n’est pas une mauvaise chose mais si vous voulez investir dans une platine pour quelques centaines d’euros, n’achetez surtout pas les « Crosley » même si je dois avouer que esthétiquement parlant, ils sont tentants et font « vintage »…! 

Allez voir plutôt du côté des marques comme Denon, Thorens, pro-ject, AudioTechnica etc.. 😉

  

    
  

  

Arthur Rubinstein   son timbré de piano  inégalable
Arthur Rubinstein son timbré de piano inégalable
  
  
un petit Pinkfloyd
un petit Pinkfloyd
 Wish you were here « cosy »

  

New ankle boots to start the new year <3 

 
Ça y est ! Ma nouvelle paire de bottines fétiches est arrivée !

 les Dicker d’Isabel Marant Etoile.

Rien à redire. Toujours aussi confortables et ça même neuves ! ( ce qui n’est pas négligeable quand on a des pieds sensibles comme les miens..! Aurevoir les compeed à devoir porter pendant une semaine. C’est cher et c’est loin d’être sexy …!)

Concernant la taille, je fais du 38 un peu comme toutes les filles j’ai envie de dire. Les it chaussures sont toujours en sold out en 38 … Mais j’ai réussi à les dénicher dans the coloris qui va avec tout et qui va surtout avec un look bohème aussi bien en hiver qu’au printemps. J’ai ouïe dire qu’elles étaient serrées, je ne le trouve pas mais je n’ai pas de pieds larges. Je suis entre 37 et 38 mais je suis bien dans mon 38 et elles taillent donc plus petit que les sneakers bobby de la même marque dans lesquels je flotte un peu.

Je ne saurais dire exactement de quelle couleur sont mes bottines mais je dirais qu’elles sont de couleur taupe/beige/kaki. Une couleur que j’appellerai personnellement « fauve ». Officiellement, la couleur est Brown BW50 ( donc marron mais rien à voir). La couleur taupe de la marque est plutôt gris/kaki clair.

La couleur qui irait parfaitement avec un look de bobo parisiennes donc.. ( on ne jette pas les pierres …! ).

 

dicker Isabel Marant

La couleur est idéale pour moi. Ayant quelques paires de bottines camel, je sais que parfois, cette couleur se révèle un peu trop présente et elle se marie mal avec certaines couleurs. Pour la paire qui va avec tout, elle devait être de cette couleur un peu plus discrète.

Faisant partie de la collection « permanente », même si elles ne sont pas forcément exposées en boutique (Isabel Marant), vous pouvez les demander aux vendeuses, elles devraient les avoir à leur disposition.  Concernant les coloris, ils changent de saison en saison. Je les ai vu en taupe clair ( plus clair que les miennes, presque gris clair) et en camel/taupe un peu marron. Sinon vous pouvez toujours essayer de trouver les dickers sur internet. Même si j’ai l’impression qu’ils sont sold out un peu partout. Ils feront sûrement leur retour au printemps 2016.

Sur internet : vous pouvez attendre leur retour en stock sur Mytheresa.com. J’ai déjà passé commande dessus pour mes bobby et j’ai été très satisfaite. Envoi rapide et soigné.  Ce modèle est disponible pour l’instant en noir et en taupe ( donc gris kaki clair en vrai). En revanche, n’achetez pas ces bottines sur des sites qui les proposent à des prix bas, ces sites utilisent des photos prises sur des grands sites de vente de prêt à porter.Et si vous optez pour un achat dans des magasins « physique », il suffit de regarder les semelles pour voir s’il s’agit de bottines Dickers authentiques. ( voir photo) les Dickers sont dans leur boîte accompagnée d’un dust bag qui ressemble à un totebag. 

Et une fois qu’on a la paire de nos rêves, on en fait quoi ? 

On les porte avec un jean slim, de préférence zipé. Je trouve qu’elles se portent bien avec un jean 7/8 et surtout un jean gris foncé pour garder un petit côté rock/cowboy.

Mais elles se portent aussi avec une jupe, une robe. Et pourquoi pas avec une jupe liberty au printemps 😉

En hiver, une robe courte mais évasée portée avec un collant ferait très bien l’affaire avec une veste courte ou un poncho.

Pour celles qui voudraient des photos des bottines portées les voilà :

 

 

semelle en cuir Made in France
semelle des vrais dickers Isabel Marant
 

  
Celles-ci sont devenues une alternative à ma paire de sneakers Bobby d’Isabel Marant. 🙂

Il ne me reste plus qu’à gambader partout, courir partout et récupérer mon dynamisme pour avancer encore et encore.

Bonne reprise à toute !

 

pull Balthazar Sézane, jean Zara, boots Isabel Marant
pull Balthazar Sézane, jean Zara, boots Isabel Marant

À la recherche d’une paire de bottines parfaite ! 

Depuis des années, je ne jure que par des bottines à petits talons.

C’est un must-have qui va avec tout et qu’on enfile le matin sans se casser la tête. Je les préfère à petits talons et pas complètement plates parce qu’elles sont plus confortables et soulagent plus les tendons. Même si j’ai une petite collection de bottines à talons hauts que j’affectionne beaucoup, elles sont hors catégorie dans ma quête de « chaussures de tous les jours » même si certaines d’entres elles sont tellement confortables et jolies que je pourrais les mettre au quotidien.

Aujourd’hui, je vous montre les résultats de ma quête de bottines idéales de tous les jours. Parfaites pour gambader un peu partout.

 

La Londonienne de Bobbies, les Midnight de Sézane, les Austin, les Dickers d’Isabel Marant
  
les Bohémiennes et la Féerique de Bobbies
 

Elles ont chacunes leurs spécificités mais ma préférée de toutes reste la paire de bottines à talons de Comptoir des cotonniers d’il y a 5 ans. Avant que la marque ne soit rachetée par Uniqlo, elle avait l’habitude de sortir des bottines beige à talons différentes. 

Depuis, je me suis aventurée et j’ai collectionné quelques paires par-ci par-là. Un peu de Minelli, un peu de Bobbies, beaucoup de Sézane… 

Dans la catégorie des plates, je dirais que ma préférée est la Londonnienne de Bobbies. Elles sont classiques mais pas banales. Le cuir est magnifique et elles sont faciles à porter. J’ai eu les Midnight de Sézane de l’an dernier qui sont mignonnes mais je préfère leurs grandes soeurs, les Austin qui ont un petit talon en plus. Je préfère aussi leur couleur taupe/gris. 

Dans la catégorie des bottines à petits talons, la meilleure paire selon moi est la paire de bottines Dickers d’Isabel Marant. 

Elles se portent aussi bien avec une jupe qu’un jean. C’est une qualité indispensable pour une paire de « tous les jours » avec un style « western » mais modéré pour ne pas ressembler à un vrai cowboy… ( too much). 

J’aime beaucoup aussi ma paire de Bohémiennes de Bobbies avec son cuir tressé et son style « bohème ». Elles ont l’avantage de ne pas faire de bruit lorsqu’on marche avec alors qu’elles ont des talons. 🙂 

Et vous, quelles sont vos préférées ?

Quoi qu’on en dise, on a jamais assez de bottines confortables 😉 

mes deux paires préférées de Comptoir que j’ai portées et reportées ❤ RIP

Il est temps de commencer une nouvelle année ..? 

 
Ça y est, Noël tant attendu est fini. On se remet comme on peut de nos repas trop copieux, de nos soirées arrosées. Mais ce n’est pas fini, il reste le Nouvel an. Que faire …?

Au Japon, à la fin de l’année, la tradition veut qu’on fasse le grand ménage en famille. On vide les greniers, on dépoussière les vieux meubles etc. On fait aussi ce qu’on appelle le « mochitsuki ».

Je ne sais pas si c’est à cause de ça que je ressens le besoin de faire le tri et ranger ma chambre avant de commencer une nouvelle année.  Je n’en peux plus du rose, alors j’ai enlevé mes draps en lin rose pour du satin beige et champagne. J’ai remis en place les meubles « Loft » de mon appartement et ma couleur préférée, le bleu marine est de retour !

En prenant un peu de recul, Cette année fut longue, très longue..et a été une année de combat parce que j’ai du chambouler mes habitudes, m’adapter, accueillir une nouvelle situation malgré moi, surmonté deux hospitalisations, les coups de blues et plein d’autres choses. Si on en croit la définition de Jean Piaget, j’ai fait preuve d’intelligence.

En 2016, j’ai envie de commencer l’année sur de nouvelles bases, laisser ce champ de bataille derrière moi et d’arrêter de vouloir récupérer ma vie d’avant mais de vivre mieux qu’avant. J’ai envie de recroquer la vie à pleine dent comme Peter mon crâne préférée croquerait la pomme. ( cf: photo)

J’ai décidé de ne pas tenir des résolutions que je ne tiendrai jamais mais de suivre une ou deux motto qui seront le fil directeur de ma vie.

En attendant le 1er, je profite de quelques moments de répit sous la couette au chaud, en écoutant mes morceaux préférés et en jouant de temps en temps du piano et du violoncelle. J’ai souvent été à l’Opéra ces derniers temps et la musique du ballet tourne en boucle dans ma tête. Une vraie source d’inspiration. D’ailleurs, la Bayadère était sublime, j’ai adoré et le Sacre du printemps fut étonnant !

Bonnes fêtes à tous et bonne reprise pour ceux qui vont reprendre dès demain !