Travel note : Un week-end à Copenhague <3 

 

Ou devrais-je dire trois jours à Copenhague.

J’avais besoin de rompre le cercle vicieux qui m’empêchait d’être joviale, d’être énergique alors que je le suis naturellement et ce, la plupart du temps.

L’idée de partir en week-end quelque part en Europe, pas trop loin trotait dans ma tête depuis le week-end de la Toussaint mais il faut bien le dire, le temps était pourri quasi partout pendant ce week-end de 3 jours. J’étais assez dégoûtée de ne pas être partie mais je me suis consolée en regardant la météo qui annonçait un temps plus que pluvieux partout en Europe..

Ceci dit, mon envie de m’échapper du quotidien, partir en escapade était restée et s’était même accentuée au fil des jours.

Faute peut-être au temps nuageux et désespéremment gris. Un raz le bol. Quelle que soit la destination, il fallait que je parte.

Je rêve de neige, de montagnes depuis un certain temps, on le savait déjà mais puisque ce n’est pas encore pleinement la saison du ski, il aurait été dommage de partir pour ne pas profiter de ce sport alpin avec beaucoup de neige.

J’ai alors trouvé un compromis entre la montagne et la Laponie. Une destination pas très chère et pas très loin. Mon choix s’est naturellement porté vers le Danemark, précisément Copenhague.

On m’avait dit beaucoup de bien de cette ville à la limite de la Scandinavie.

La langue est ce qu’il y a de moins attirant dans ce pays.  C’est le pays du design, de raw food et surtout de la marque Hay design que j’aime beaucoup, sans oublier du top sublissime Freja Beha.

Je vous avoue que contrairement à mes habitudes, j’ai attendu la dernière minute pour « étudier » la ville et planifier mon « voyage » de courte durée. Je l’ai fait en une heure en arrivant à l’aéroport, en scrutant la Cartoville qui me permet à chaque fois de me faire une vague idée de l’ensemble des quartiers d’une ville où je me rends.

Ce petit bouquin avec le plan de chaque quartier permet de bien organiser et rentabiliser le temps et le voyage. ( je conseille vivement d’en acheter ).

En temps normal, je m’y prends à l’avance mais pour une ville à taille humaine comme Copenhague, s’organiser dans l’avion à la dernière minute suffit.

Il faut cependant avoir un hébergement bien placé pour gagner du temps et visiter la ville de manière efficace. Cela permet de tout ou presque visiter à pieds et ne prendre qu’une ligne directe depuis l’aéroport pour arriver à l’hôtel. Si vous partez à deux, prendre un hôtel central coûte à peine plus cher qu’une nuit dans une auberge de jeunesse plutôt central car les tarifs de nuité dans les auberges sont par personne alors que pour un hôtel, c’est pour la chambre à partager.  En étant bien placé, vous rentabiliserez vite la différence de prix car vous ne prendrez pratiquement pas le transport en commun. Personnellement, je n’ai pris le métro que pour faire le trajet A/R aéroport/centre-ville et deux fois le taxi lorsqu’on était trop fatigués. ( environ 80DKK environ 12euros pour faire Tivoli/Nyhavn )

Enfin, pour partir seulement deux trois jours, je vous conseille de ne pas prendre de bagage en soute. ça permet, une fois arrivée à l’aéroport de partir tout de suite profiter de sa journée.

Malgré une température qui oscillait autour de 7-11 degré Celsius (novembre),  j’ai eu la chance d’avoir du beau temps pour ne pas dire un temps magnifique les deux premiers jours. Le ciel bleu au-dessus de Copenhague, vous ne le verrez pas souvent. Surtout au mois de novembre. Les rayons de soleil lorsqu’il fait froid ont quelque chose d’exquis.

Voici la liste des choses que j’ai aimées et que je conseille fortement si vous ne savez pas trop quoi visiter/faire à Copenhague : 

Vol : pas cher par rapport à d’autres villes européennes via Easyjet ou Norwegian.

Hébergement : pas loin de Kongens Nytorv car desservi par les deux lignes de métro directes depuis l’aéroport et c’est parce que c’est au centre de tout et les principaux spots se visitent à pieds. Notamment, le Nyhavn, le port avec des maisons colorées se trouvent à une rue, le musée du design aussi, la petite sirène est un peu plus loin.

Le musée du Design danois, un coup de coeur pour le très joli musée Ny Glyptotek Carlsberg que j’ai vraiment adoré. Aussi bien l’endroit que la collection de sculptures de Degas (son travail préliminaire en bronze sur les danseuses et les corps tordus dans tous les sens ) et les tableaux danois. J’aurais pu y passer la journée.

Enfin, le Papirøen, un petit paradis de la street food. On y mange pour pas très cher et en plus, il y en a pour tous les goûts. Je me suis pris un petit curry thaï vert pour 80 DKK. Un jus de fruit bio coûte 30 DKK. Le café que j’ai pris là-bas était très bon.

 J’adore l’ambiance « root » qu’il y a là-bas et le style industriel. Il y a plein de food trucks à l’intérieur de cet ancien entrepôt de papeterie. On se pose, on chill’ et on peut aussi prendre du café à l’extérieur en ayant une vue dégagée sur la ville de Copenhague. C’est un endroit agréable et conviviale.

Egalement un immense coup de coeur pour le jardin danois  Botanisk Have avec les arbres de toutes les couleurs, son serre vraiment charmant (accès gratuit) et son ambiance paisible.  Le jardin d’à côté, le Kongens have est pas mal aussi avec son petit château.

En revanche, n’essayez pas trop de parler danois parce que même si je ne suis pas trop nulle en langue d’habitude, le danois est vraiment une langue difficile à appréhender.

Ce que je lisais n’avait rien à avoir avec ce que j’entendais. En revanche, les danois comme tous les scandinaves parlent très très bien anglais donc pas de soucis pour communiquer.

Enfin, concernant la nourriture, je vous avoue que je n’ai ni goûté la frikadelle ni le smorrebord car la morue dès le matin, je dis non merci.

Cependant, j’ai adoré les « opensandwich » et les tartines à base d’oeuf dur, crevettes et caviards. Oui, ils adorent les tartines froides à base de granola, vous savez ces tranches de pain danois qui ont une couleur noire avec plein de graines dedans. On aime ou on n’aime pas. Si ce pain ne me dérange pas, je préfère mille fois plus notre cher pain de compagne et baguette traditionnelle.

L’Atelier September est un endroit tendance et  il est bien situé. Pas loin de la place Kongens Nytorv. On s’y installe paisiblement et on va commander au bar.

Les café danois sont cosy et on peut vraiment s’y prélasser. Je n’ai pas fait de shopping à part faire un petit tour chez Hay design qui valait le coup près de l’allée centrale de Strøget. Je n’ai donc pas dépensé grand chose pendant mon week-end.

J’ai en revanche payé un tour illimité avec l’entrée que j’ai achetée en entrant dans le parc d’attraction Tivoli un soir. Ça vaut le coup si vous faîtes 3-4 attractions car les plus prisées coûtent environ 75 DKK pour un seul tour. Je vous conseille d’y aller plutôt le soir car le parc est plus joli avec les illuminations que de jour. En revanche, monter dans les attractions avec son sac et portable ou même appareil photo dans les poches de notre veste est strictement interdit.  Il faut les poser obligatoirement dans les étagères prévus à cet effet. Je sais que cela paraît étrange mais c’est comme ça. Si vous ne faîtes vraiment pas confiance à ce système de dépôt d’objets plus que précieux et surtout si vous n’avez pas envie de penser à votre portable pendant que vous avez la tête à l’envers, partez avec un petit sac et vous avez des consignes payants un peu partout dans le parc. Le système est simple et coûte normalement 30DKK pour une journée. La machine vous attribue un casier avec un code.

 Les marchés de Noël  présents un peu partout dans la ville étaient sympas aussi, même si les stands s’y ressemblent tous et vendent les mêmes produits.

Lorsqu’il pleut, il peut être intéressant de se rendre au Planétarium Tycho Brahe dans le sud de Copenhague avec son écran IMAX. Pour avoir accès au Planétarium, il faut acheter son ticket pour voir un film qui dure en tout 45min comme au cinéma avec une petite exposition. ça permet d’être au chaud puis j’ai adoré le petit film qui passait à l’heure où j’y suis allée, un film en 3D sur les dinosaures. On peut y aller facilement à pieds depuis Tivoli et personnellement j’y suis allée à pieds depuis la rue de Stroget.

Comme je suis de nature curieuse, j’ai aussi été faire un petit tour rapide dans le fameux Quartier « hippie » de Christiania. Histoire de voir de mes propres yeux à quoi il ressemblait. Bah, j’y suis restée moins de dix minutes. Rien de vraiment exceptionnelle. Une ambiance assez particulière quand même. Rien à signaler. La ballade dans le petit quartier de Christianshavn autour des canaux juste à côté vaut plus le coup.  ( une journée suffit pour  partir de Kongens Nytorv à pieds puis aller à Nyhavn pour traverser le pont pour rejoindre la petite « île » pour manger entre midi et deux au Papiroen et faire le tour de Christianshavn).

Je me suis surtout promenée pendant mon court séjour, dans le parc de Kastellet vraiment agréable qui donne sur la baie et en allant jeter un coup d’oeil à la petite Sirène d’Anderson, « juste un coup d’oeil » parce que si elle est emblématique, elle n’est pas pour autant exceptionnelle .. 

Je suis donc repartie de cette ville, avec un esprit positif, calme et profondément apaisé. Je n’ai pas senti une once de stress lorsque j’étais là bas et le froid m’a fait du bien.

J’y retournerai pour sûr et je la conseille tous ceux qui veulent se ressourcer en peu de temps, tout en visitant les parcs et les musées, en se balladant, profiter de l’ambiance un peu bohème et un peu bio.  Les adeptes de mode de vie « healthy » comme moi vont aimer.

On marche, on se déplace en vélo, on respire. 🙂 J’ai fait à pieds à peu près tous les quartiers centraux de Copenhague en ayant un peu délaissé celui de Vesterbro car le but premier de mon week-end c’était de me détendre et pas de faire la fête. Les journées me paraissaient étrangement longues alors qu’il faisait nuit tôt. J’ai eu le temps de profiter pour ne rien faire et m’imprégner de l’atmosphère féérique de la ville sans faire la touriste hyperactive qui visite 100 milles choses par jour. Je suis rentrée dans l’Amalienborg, joli sans prétention et voir de l’extérieur le château Rosenborg.  Pour moi, les promenades à faire absolument c’est dans le parc Botanisk Have et la ballade dans le jardin du Kastellet surplombant la baie et au retour, prenez le pont en bois et tournez à droite puis revenez vers le Nyhavn en faisant un coucou à la petite sirène.

PS : Pour les filles, les chaussures à talons, surtout si ce ne sont pas des bottines, laissez les dans votre placard. Elles n’ont pas ou peu d’utilité.. En revanche, un bon parapluie ou une veste coupe-vent- imperméable vont servir et vous verrez, vous n’aurez qu’une envie, c’est de vous acheter une bonne paire de gants, un bon bonnet voir un chapka et une grosse écharpe bien douillette. 😉

Pas besoin de ramener tout son maquillage non plus. Vous serez décoiffée, toute pâle avec un petit nez rouge. Mais ça a évidemment son charme.. !  Une petite crème hydratante et un baume à lèvres peuvent s’avérer être utiles.

XOXO     Midori

Doux dimanche

Place à la douceur, au repos. Le mot d’ordre d’un dimanche parfait. 

Il faut dire que la « semi-crève » que j’ai depuis quelques semaines m’a épuisée. Je ne dis pas la crève parce que j’avais tout simplement rien attrapée, donc aucun médicament ne pouvait me soulager, j’avais juste à attendre de récupérer une voix à peu près normale et une forme d’enfer.

Hier, avec Pauline, on a passé, il faut le dire beaucoup de temps au Mariage frères puis j’ai été frappée par une irrésistible envie de dormir. Celle qui vous donne l’impression de vous emporter dans une autre dimension.

J’avais prévu d’aller à une soirée d’anniversaire mais je n’ai pas pu. Clouée au lit, impossible, ne serait-ce que de lever un bras. Mais je me suis laissée faire. Mon corps avait besoin de « ne rien faire ». Ce repos illimité.

C’est comme ça que malgré mon envie de « profiter » de mon si court week-end s’est plié aux ordres de mon corps. Pourtant, ne rien faire, c’est aussi la meilleure façon de profiter de son week-end.


Je suis alors allée chercher le fameux millefeuille de week-end à la Pâtisserie des rêves. J’aime cette pâtisserie et son univers depuis le début de l’enseigne, c’est-à-dire l’époque où ils n’avaient que leur boutique et charmant salon de thé rue de Longchamps dans le 16ème arrondissement. J’affectionne aussi le livre de pâtisserie de Philippe Conticini. À la vue de leur petit piquet rose trop mignon, je repense inévitablement la première fois que je me suis rendue là-bas. Je me rappelle encore de mon gâteau qui est arrivé sur un petit plateau depuis l’étage inférieur dans une sorte d’ascenseur entouré de ces petits piquets si emblématiques. Je mettais les pieds dans ce pays de rêves, un univers onirique que j’aime tant. Le salon de thé était aussi épuré sans tomber dans la niaiserie.

Même si c’est devenu depuis ce temps, une chaîne, j’apprécie toujours autant. Surtout lorsqu’ils ouvrent une boutique pas loin de chez moi. J’ai eu la force d’appeler la boutique à l’heure d’ouverture, depuis mon lit, pour me réserver un millefeuille pour 4-5 personnes, histoire de le partager en famille. C’est aussi ça le bonheur de dimanche cosy-cocoonning.

 Paisible. C’est l’adjectif qui caractérise cette fin de semaine, et qu’est-ce que c’est bon. Dieu sait que j’en avais besoin.

Demain, à l’attaque !

Bonne soirée et surtout un super début de semaine ❤ 

L’appartement Sézane à Paris 

Ce concept appartement-boutique est une bonne idée.

On se sent à la fois excitée de faire le tour de l’appartement dans l’idée d’y dénicher quelque chose mais aussi un peu trop chez soi pour que cette visite ne soit qu’un passage éphémère.

La musique en fond sonore n’est pas celle qui vous entraîne dans une folie de shoppeuse invétérée mais plutôt celle qui vous invite à vous vautrer dans le canapé en compagnie de coussins que vous avez envie d’emporter directement chez vous.

La tentation y est forte et on ferait sans doute mieux de cacher sa carte bleue tout au fond du sac

Ne surtout pas y aller quand on a faim comme moi parce que j’ai cru que j’allais y préparer une salade de tomates basilic avec toutes les belles tomates coeur de boeuf qui se trouvaient un peu partout exposées dans l’appartement. Seul bémol, je trouve un peu dommage d’exposer de la nourriture sachant que j’imagine mal les gens manger des tomates qui ont sans doute été touchées par plusieurs passants..

Outre ce petit détail, c’est un réel plaisir de passer dans cet appartement boutique qui nous offre la possibilité d’essayer directement les vêtements de la collection. Une occasion pour les sézanettes de confirmer quelques hésitations, d’essayer les vêtements que l’on n’a pas osés commander etc.

Une occasion aussi pour moi de retrouver quelques objets et papeterie de la marque HAY design que j’affectionne beaucoup.

On ne peut malheureusement pas y acheter les vêtements. On peut tout de même les commander si les articles ne sont pas en rupture de stock..! Et repartir avec des portefeuilles ou quelques sacs de la collection permanente. ( #take-away)

Je suis repartie avec quelques cadeaux que j’ai achetés pour la fête des mères et un peu aussi pour moi.

Comment s’y rendre : 1 rue Saint-Fiacre 75002 Paris. (Métro : Sentier, Bourse, Bonne-nouvelle ou Grands Boulevards) 

 x Attention, l’appartement n’est ouvert qu’à partir de mercredi.  Je me suis faite avoir une fois en y allant un mardi.. 😦 x

jolie petite pochette BorgodelleTovaglie x Sézane et le petit carnet Dolce Vita
une petite pause gourmande parce que oui, c’est fatigant de voir autant de jolies choses ..! 😉
une jolie sélection de papeterie ❤  Semainier Season Paper made in France

Teatime @Claus petit-déjeuner à Paris 

  
  
* Claus * 

À quelques pas du métro Palais-Royal Musée du Louvre se trouve ce petit salon de thé en face duquel se trouve l’épicerie de même nom. Comme j’avais déjà déjeuné avant d’y aller, je me suis contentée de choisir un petit scone aux raisons et un café au lait d’amande. 
À ma surprise, le Scone était très bon, croquant mais pas trop sec, servi avec de la crème et une confiture ( je crois bien de figue). Le café était très bon aussi. ( à force d’en boire, je reconnais les bons et les mauvais 😉 ).

Ça m’a permis de passer un bon moment avec ma soeur qui me racontait alors ses quelques souvenirs de Londres, où elle avait l’habitude de manger des scones avec sa petite crème, et de rigoler puis s’échanger quelques anecdotes.

La prochaine fois, j’y retournerai tester leur brunch qui m’a l’air pas mal du tout ..!

Passez une bonne semaine et surtout bonne reprise pour ceux qui étaient en vacances ces derniers jours. Dans ma tête, ça fait l’effet du morceau « Revolutionary » de Chopin.

Xoxo des bisous

Comment y aller : Stations de métro : Palais-Royal Musée du Louvre ou Les Halles

adresse : 14 Rue Jean-Jacques Rousseau, 75001 Paris

East mamma miiiiia <3 

 Tous les ans, le mois de février est une période un peu charnière pour moi, un tout petit peu rude avec le mauvais temps qui l’accompagne mais c’est aussi une période très riche en anniversaire. Du moins, beaucoup de personnes que j’apprécie sont nées en février. 

Ce mois-ci rime donc avec de nombreuses sorties et soirées, ce qui n’est pas si mal même si j’ai un peu de mal à suivre le rythme d’autant plus que j’entame mon sevrage en corticoïdes. Ce qui est en fait, une très bonne nouvelle ! 

À l’occasion de l’anniversaire de ma copine adorée, on a pu tester – j’ai envie de dire enfin – un autre restaurant de la chaîne Bigmamma, le East mamma dans le 11ème pas loin de Bastille. 

Il est vrai que le côté « branché » des restaurants tendances me rébutent un peu d’habitude, parce que j’ai l’impression que cela leur enlève un peu le côté insolite et  de l’authenticité. Mais, ce restaurant est franchement sympa pour passer une soirée sympa entre amie ou en tête à tête. J’aime bien la déco, le cadre est sympa, même s’il y a un peu d’attente ( ce qui va de paire avec le côté branché ) si vous cherchez un restaurant fétiche, dont vous êtes le seul enfin presque à connaître, passez votre chemin. Le prix est à mon goût un peu trop élevé par rapport aux très bons restaurants italiens que l’on peut trouver à Paris, mais ce restaurant vaut le détour. Les serveurs et serveuses sont sympa, l’accueil est chaleureux et accent italien en prime, on s’y sent vite à l’aise. 

Sans réservation, je vous conseille vivement d’y aller un soir de la semaine ( ce qui ne vous évitera pas forcément un temps d’attente supérieur à 30min) mais laissez votre prénom et votre numéro de portable et allez prendre un petit verre dans les bars aux alentours. Ce n’est pas ce qui manque. 

Je vous conseille la burrata à partager que nous avons vraiment appréciée. ( c’est une amatrice inconditionnelle de la burrata qui vous le dit) et les pâtes à la truffe à condition que vous aimiez ça.

Donc pour résumer le tout, je n’irai pas dans ce restaurant toutes les semaines, mais il vaut le coup pour une petite occasion ou pour un dîner entre amis 😉 
Bonne fin de semaine ! 

  
  

   

Restaurant East mamma : rue du faubourg saint Antoine. Métro : Ledru-Rollin mais accessible à pieds depuis Bastille. 

Déco : Nouvelle déco pour un nouveau départ .. 

 En ce moment, j’ai une lubie.

Redécorer et réaménager ma chambre.

Pour se sentir bien dans sa chambre, il faut que la chambre corresponde à notre état d’esprit du moment, un peu comme si on était sur la même longueur d’onde or la mienne ne me ressemblait plus..

D’ailleurs, des lubies,  j’en ai assez souvent, et ça me ressemble plutôt bien.

J’ai toujours eu quelque chose avec les couleurs et les draps en lin. J’aime bien les draps en satin de coton mais le lin a quelque chose de plus.  Cependant, je ne supportais plus le lin en rose poudré de ma chambre actuelle. Je m’en suis un peu lassé Trop doux, trop fade … J’avais envie de changement. Le style industriel loft de mon ancien appartement commençait sérieusement à me manquer.

Et c’est à ce moment-là ( d’ailleurs je me demande si c’est l’envie qui précède la trouvaille ou l’inverse) que j’ai trouvé mon bonheur dans le magasin « le Bazaristain ».

Ce magasin, je l’avais repéré grâce à la malle House Doctor qui se trouvait exposée dans la vitrine. Les malles que j’affectionne beaucoup. Je pensais y passer un jour puis ça tombait bien.

 J’y ai trouvé l’ensemble de literie ( hors protège matelas) en lin de Bretagne dans des couleurs absolument sublimes sans motifs ni rien. Au niveau du choix, il y a de quoi satisfaire mes envies de changements futures. J’y ai donc déniché des housses de couette et des taies d’oreiller en lin de couleur bleu jeans, bordeaux et … Vert pelouse. Oui, vert.

Je sais que c’est étonnant mais c’est surtout rare de trouver un ensemble de literie en lin dans ces couleurs. On les trouve souvent et habituellement en blanc, écru et rose clair poudré.

 Je me recrée donc petit à petit mon nouvel univers dans ma chambre.

Ces trouvailles innattendues vont m’aider à redonner un peu de peps et de couleurs à ma chambre devenue beaucouoptrop lisse, sage au fil du temps 😉

La literie en lin : Vivaraise

Les draps en lin, ça dépend du goût de chacun mais personnellement j’adore. Quelque soit la saison et plus particulièrement l’été. Son seul bémol serait le prix qui est presque rédhibitoire. Vous pouvez en trouver à un prix accessible aux Galeries Lafayette, dans la marque Absolument maison. ( par exemple ici ) ou chez Merci shop même si je ne les ai pas testé. Il faut compter minimum une centaine d’euros pour la parure complète, mais pour moi, c’est un bon investissement. Après tout, dans notre lit, on y passe énormément de temps et bien dormir, c’est la base de tout. 😉


Great sunday afternoon at Fondation Louis Vuitton <3

Coat Max Mara, MiniDrew Chloé, Boots Bobbies
Coat Max Mara, MiniDrew Chloé, Boots Bobbies
Ellsworth Kelly Spectrum @ Fondation Louis Vuitton
Ellsworth Kelly Spectrum @ Fondation Louis Vuitton
Pop Tour
Pop Tour

  

Installation de Marina Abramovic
Rejuvenator of the astral balance de Marina Abramovic
At Frank

   

Fondation LV Frank Gehry

Cela faisait presque un an que je n’avais pas mis les pieds à la Fondation Louis Vuitton que j’avais eu la chance de visiter peu après son ouverture. Comme pour la première fois, j’ai été impressionnée par l’architecture de cet immense imposant bâtiment en verre. ( Frank Gehry)

J’aime plus que tout cette matière qui est le verre et je n’en dirai jamais assez. J’aime  cette matière qui laisse passer la lumière, cette transparence non moins inexistante.

C’est un espace paisible et contrairement à ma première visite, il a fait beau. Si j’ai un peu regretté l’exposition d’Olafur Eliasson au sous-sol, cette fois-ci, j’ai encore plus apprécié la terrasse de la fondation avec ses vues imprenables sur Paris et sa banlieue.

C’est un endroit où l’on se sent protégé et libre à la fois, traversé par la lumière et le vent. Les oeuvres exposées ne sont pas moins intéressantes. Déroutantes parfois comme cette installation de métronomes dans une salle par Maria Abramovic. « Rejuvenator of the astral balance ».

Ce métronome qui a rythmé mon enfance de musicienne. Je le connais pourtant si bien. Ce bruit qui retentit à un rythme régulier. Cette obsession pour la régularité. Ce son répétitif a pourtant un pouvoir apaisant inexplicable.

Beaucoup de choses se « vit » à l’intérieur de ce bâtiment. Une visite qui vaut le détour à chaque fois.

J’espère pour la prochaine fois assister au Masterclasse de Gauthier Capuçon car le violoncelle est un instrument que j’ai pratiqué pendant des années et que j’aime toujours autant et surtout dans cet endroit, cela vaut sûrement le coup.

J’ai passé une agréable fin de journée de dimanche dans ce lieu avec une amie. Elle s’est terminée sur une note vanillée au « Frank » au rez-de-chaussé.

Si vous avez l’occasion d’y passer ne serait-ce qu’une demie-journée, je vous le conseille vivement.

Prenez la navette depuis la place de l’Etoile ( avenue de Friedland) qui part tous les quart d’heure. ( 1€) et qui vous dépose devant la Fondation. Au retour, après 19h, vous pouvez toujours prendre le bus 244 qui vous ramène à Porte Maillot.

Je vous conseille vivement de prendre un billet sur internet.

Personnellement, je trouve que c’est cent fois mieux quand il n’y a pas grand monde comme c’était le cas pour nous aujourd’hui. On y passe un moment privilégié. J’y ai trouvé la réponse à mes doutes et à mes questions. Je sens les bonnes ondes arriver.

Sur ce,

Passez une très bonne semaine !

Midori

 

Mode : Les couleurs d’automne <3 Fall 2015

Gauffre succulente sans gluten de Yummy and guilt free ❤

Je trouve les couleurs d’automne magnifiques. Les couleurs soutenues qui me rappellent l’éventail de sublimes couleurs des feuilles des arbres qui rougissent en automne au Japon.

 Je suis très sensible aux couleurs d’automne, peut-être un peu parce que je suis une fille d’automne.

Mes inspirations viennent souvent de cette saison. La couleur et la matière qui se marient le mieux avec ces couleurs est sans conteste le cuir camel/beige. Le camel ravive les couleurs chaudes et parfois ternes d’automne. C’est le must pour moi à avoir dans son dressing. J’aime tellement le cuir surtout en camel. C’est une très belle matière.

 

Je suis tombée amoureuse du nouveau sac de la maison Chloé.

Les sacs Chloé et moi, c’est une histoire d’amour qui a commencé en 2009 lorsque j’ai eu mon tout premier sac Marcie Nut, à l’époque où ils n’étaient pas encore trop à la mode. Je les aimais pour leur simplicité et leur qualité. Sans logo, discret mais élégant, pas du tout bling bling. La couleur dominante de la marque est le beige.
Cette histoire n’est donc pas prête de s’arrêter avec le nouveau Faye.

Au début, je n’ai pas eu de coup de coeur de folie mais ce sac est original par sa forme. On dirait un porte document mais il reste simple et élégant.

Je le trouve plus élégant et passe partout que le Hudson qui n’est pas sans rappeler le Marcie besace mais en beaucoup plus chargé. Le Hudson en tomette est magnifique mais dans la vie, on ne peut pas tout avoir. Faut bien faire des choix 🙂

Si le budget vous effraie, je trouve que ce sac ( le faye) me rappelle étrangement les sacs de la marque Sequoia qui a toujours fait des sacs avec cette boucle argentée. Vous pouvez dénicher chez eux, des sacs à pris abordables. 😉
Au début, ce Faye je le voulais en noir comme tout le monde mais ce sac ayant une forme déjà assez carrée, le noir allait renforcer ce côté un peu « dur » et carré. Ce qui ne va pas forcément avec les tenues que je porte ni avec l’image que je prête à la marque donc j’attendais de tomber sur la bonne occasion. Et comme quand je veux quelque chose très fort, ma bonne étoile me fait souvent tomber sur une bonne opportunité à saisir. 🙂
J’ai attendu et j’ai bien fait puisque j’ai pu dénicher mon faye tout neuf mais moins cher dans la couleur que je voulais, parfaite pour l’automne.

Le mien sera donc de couleur Tabac, une couleur très chaude.

Je vous ai donc fait un montage avec les accessoires et tenues inspirés par les couleurs d’automne ❤

 Pochette en cuir
Pochette en cuir « Madame » de Sézane, Blouse bordeaux Sandro Paris, Sneakers Bobby Isabel Marant


Promenade paisible de samedi dans le XVIème | Sac Luggage souris, Sneakers Bobby Isabel Marant, Jean gris Sandro Paris co actuelle
Promenade paisible de samedi dans le XVIème