When it snows outside, make some mille-crêpe : la chandeleur à Paris

Après le lot de galettes des rois dégustées, dont je ne compte plus le nombre, voici que cette nouvelle année nous apporte son lot de crêpe à l’occasion de la Chandeleur.

Ces crêpes qui sont sensées représenter le soleil, la lumière dont nous avons tant besoin en ce moment et pour mon cas à Paris.

Quand je manque de lumière, le moral est souvent en berne et je manque d’énergie. On dirait une plante qui parle.. !

La neige, surtout à Paris, c’est joli et assez inhabituel, c’est quand même normal qu’il neige en hiver, mais c’est surtout bien au ski. À Paris, ça devient vite embêtant ..

Je n’ai pas pu me rendre au travail ce matin donc j’ai été contrainte de rester « sagement » à la maison. Je n’aime pas trop ça, rester à ne rien faire quand j’ai le droit de ne rien faire .. allez comprendre.

C’est comme ça que j’ai fini par me préparer mes mille-crêpes matcha.

C’est facile à faire et c’est divinement bon. De quoi vous réjouir le temps d’un goûter.

Je commence doucement à apprécier ma journée de répit. Merci la neige …?

Surtout que cela ne dure pas longtemps.

Cette journée a en fait, très bien commencé, grâce à mon cher Amoureux qui ne peut s’empêcher de me manifester tout son Amour, à travers de toutes petites choses. Si jamais tu me lis … 😉

Bonne journée malgré tout !

Avocado toast ~ petit-déjeuner salé ~ 

Mes tartines du matin ❤ Avocado toast

« Tu prends quoi au petit-dèj ? » Fait partie des questions existentielles auxquelles je ne sais jamais quoi répondre. Pour la simple bonne raison, que je n’en prendsé pas systématiquement. On a beau me dire que ce n’est pas bien, qu’il faut prendre de l’énergie etc mais rien n’y fait. Et niveau réserve, je dirais que je me porte plutôt bien. Donc ceux qui s’inquiètent soit disant de ma forme, peuvent aller s’occuper de leur..  et je pourrais ainsi bien arrêter mon petit article sur le petit déjeuner.

Après tout, qui se préoccupe de ce que je peux bien me préparer le matin.

Ceci étant dit, quand le temps me le permet, je me fais un plaisir à me préparer quelque chose de bon et plutôt sain. Pas difficile de faire plus sain qu’une bonne viennoiserie faite essentiellement de beurre et de sucre..! Soit ! 🙂

Pour ceux qui aiment ce genre de tartines, rien de plus simple. Ça ne prend pas plus de temps que ça, de préparer ces avocado toast. Il suffit d’acheter pour la semaine, du pain Poilane en tranches qui se conservent très bien et deux bons avocats bien mûrs, un maxi pot de Saint Morêt ou de Philadelphia, et une boîte de fruits rouges. On utilise parfois du fromage frais mais je trouve ça un peu fade. Le Philadelphia s’utilise très bien pour les toasts aux fruits rouges avec un peu de cassonnade 😉

C’est le délicieux avocado toast  que j’ai pris au Mango tree au bord du lac d’Hossegor qui m’a redonné l’envie de me préparer de temps en temps, mes tartines préférées et de commencer à reprendre mes petit-déjeuner avant d’aller travailler.

Désormais, je répondrai à la question bête mais fréquente sur le petit déjeuner.

Je renverrai chaque personne qui me la pose, à cette simple photo qui parle d’elle-même. C’est mon petit déjeuner. Simple mais « copieux ».
Bon week-end ❤

Food : Ma recette de Banana Bread marbré sans gluten <3

Que vous soyez vous-même intolérant au gluten, ou qu’un membre de votre famille le soit ou si vous avez un ami qui mange sans gluten, préparer un gâteau ou dessert sans gluten devient un véritable défi.  Vous voulez inviter cette personne lors d’un dîner ou pour le goûter afin de lui faire plaisir mais vous ne savez pas quoi faire. C’est souvent le cas de tout le monde.

Et si en plus, on cherche à faire quelque chose qui plaira aussi aux gluten-tolérants alors ça semble être une mission impossible.

Je ne suis pas « médicalement » intolérante au gluten à ce jour, à vrai dire, je n’ai pas cherché à le savoir mais je fais attention à ce que je mange et le plus important est que chacun de nous ait la possibilité de manger comme il a décidé de le faire.

La farine sans gluten se trouve assez facilement dans les grandes surfaces aujourd’hui, mais trouver un mélange de diverses farines autre que de blé qui convienne à nos recettes « traditionnelles », cela devient compliqué. On peut faire soi-même son propre mélange, mais acheter plusieurs farines, c’était un peu trop pour moi. J’ai alors testé plusieurs mélanges déjà tout fait que l’on trouve assez facilement dans des magasins bio. Lors de mes essais, j’ai remarqué qu’il y avait des mélanges qui donnaient un goût assez prononcé, très éloigné de celui de la farine de blé. La farine sans gluten ne se travaille donc pas de la même façon. 100g de farine ne se remplace pas automatiquement par 100g de farine sans gluten. Le résultat ne sera pas le même.

Je suis contente d’avoir enfin trouvé, après plusieurs essais, une recette qui donne une texture de Cake pas « poreuse » et « sèche ». C’est l’inconvénient premier de la farine sans gluten..

Le mix pâtisserie de Nature & Cie est génial et donne un résultat presque similaire à celui de la farine de blé aussi bien au niveau de la texture que de goût. C’est un mélange de farine de riz, de fécules de pomme de Terre, un épaississant « naturel » et un peu de bicarbonate de soude.

C’est une farine bio et surtout fabriquée en France. 

Tous les ingrédients peuvent être achetés « bio » ( le mien est 100% bio) mais vous pouvez tout à fait utiliser les produits non bio et avec gluten :

  • 100g de mix de farine sans gluten. ( le mix que j’utilise se prête très bien à la pâtisserie )
  • 100g de sucre brun 
  • 100g de beurre doux 
  • un demi sachet de levure de boulanger ( Alsa sans gluten ) mais vous pouvez utiliser l’équivalent en levure chimique ou ne rien mettre si vous prenez le mix précité car il contient le bicarbonate de soude.
  • 2 oeufs entier 
  • 3 bananes mûres 
  • un peu de beurre pour le moule
  • 3 cuillères à soupe de cacao 100% 
  • un peu de matcha si vous voulez la version marbré matcha 
  • sucre vanillé ou vanille en poudre
  • une tasse à espresso de lait d’avoine ou de soja ( le lait de vache si vous voulez )

Préchauffer le four à 180 degré celsius ( chaleur tournante ) et laisser la grille à mi-hauteur. 

1) Mélanger le sucre et le beurre préalablement laissé à température ambiante dans un saladier. Puis ajouter la farine, la levure puis la vanille en poudre ou le sachet de sucre vanillé. Une fois le tout bien mélangé, y ajouter les oeufs. Puis le lait de votre choix. 

Mélanger énergiquement à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le mélange devienne homogène. 

2) Prendre deux bananes et les écraser rapidement avec le fouet puis les ajouter dans le saladier. 

3) Beurrer le moule à cake 

4) Séparer le mélange dans deux bols séparés. Ajouter dans l’un, le cacao en poudre ou la poudre de matcha puis mélanger.

5) Verser dans le moule alternativement le mélange cacao et le mélange « neutre ». Moitié de l’un, moitié de l’autre et ainsi de suite. 

6) Couper la troisième banane en fine lame verticale. Les déposer sur la pâte de manière visible. 

7) Déposer le moule dans le four préchauffé, laisser cuir pendant 25 à 30min.

Le cake va gonfler petit à petit. Le retirer lorsqu’il devient bien doré. 

Baisser la température de cuisson à 150 degré si le gâteau devient trop doré alors qu’il n’a pas fini de cuir.  Il faut qu’il soit un peu « croquant » à l’extérieur et « spongieux » à l’intérieur. 😉

Ce dessert conviendra aussi à ceux qui ne sont pas intolérants. A condition d’utiliser le mix que je vous ai conseillé, ils n’y verront que du feu.

Astuce : Faire tomber le moule à 5cm de la table permet de décoller le gâteau.

Le laisser refroidir un peu avant de démouler le cake et le déguster. 

PS : j’ai utilisé un moule à Cake de 26cm.

Bon appétit ! ❤

Doux dimanche

Place à la douceur, au repos. Le mot d’ordre d’un dimanche parfait. 

Il faut dire que la « semi-crève » que j’ai depuis quelques semaines m’a épuisée. Je ne dis pas la crève parce que j’avais tout simplement rien attrapée, donc aucun médicament ne pouvait me soulager, j’avais juste à attendre de récupérer une voix à peu près normale et une forme d’enfer.

Hier, avec Pauline, on a passé, il faut le dire beaucoup de temps au Mariage frères puis j’ai été frappée par une irrésistible envie de dormir. Celle qui vous donne l’impression de vous emporter dans une autre dimension.

J’avais prévu d’aller à une soirée d’anniversaire mais je n’ai pas pu. Clouée au lit, impossible, ne serait-ce que de lever un bras. Mais je me suis laissée faire. Mon corps avait besoin de « ne rien faire ». Ce repos illimité.

C’est comme ça que malgré mon envie de « profiter » de mon si court week-end s’est plié aux ordres de mon corps. Pourtant, ne rien faire, c’est aussi la meilleure façon de profiter de son week-end.


Je suis alors allée chercher le fameux millefeuille de week-end à la Pâtisserie des rêves. J’aime cette pâtisserie et son univers depuis le début de l’enseigne, c’est-à-dire l’époque où ils n’avaient que leur boutique et charmant salon de thé rue de Longchamps dans le 16ème arrondissement. J’affectionne aussi le livre de pâtisserie de Philippe Conticini. À la vue de leur petit piquet rose trop mignon, je repense inévitablement la première fois que je me suis rendue là-bas. Je me rappelle encore de mon gâteau qui est arrivé sur un petit plateau depuis l’étage inférieur dans une sorte d’ascenseur entouré de ces petits piquets si emblématiques. Je mettais les pieds dans ce pays de rêves, un univers onirique que j’aime tant. Le salon de thé était aussi épuré sans tomber dans la niaiserie.

Même si c’est devenu depuis ce temps, une chaîne, j’apprécie toujours autant. Surtout lorsqu’ils ouvrent une boutique pas loin de chez moi. J’ai eu la force d’appeler la boutique à l’heure d’ouverture, depuis mon lit, pour me réserver un millefeuille pour 4-5 personnes, histoire de le partager en famille. C’est aussi ça le bonheur de dimanche cosy-cocoonning.

 Paisible. C’est l’adjectif qui caractérise cette fin de semaine, et qu’est-ce que c’est bon. Dieu sait que j’en avais besoin.

Demain, à l’attaque !

Bonne soirée et surtout un super début de semaine ❤ 

Winter is gone but spring is not here 

pour préparer un « matcha bowl » chez vous, il vous faut, 2-3 bananes, une cuillère à café de poudre matcha, un fond de lait ( au choix ), quelques toppings ( noix de coco, fruits rouges, des graines etc)

En Avril, ne te découvre pas d’un fil ..

  Le temps se gâte et on oublierait presque que nous sommes en avril. D’ailleurs le mois d’avril touche à sa fin et les souvenirs du soleil qui a réchauffé ma peau dernièrement s’envolent comme des feuilles mortes balayées en un seul coup par un vent glacial.

 Ce mois-ci, j’ai beaucoup travaillé sur moi-même et mon bien être. Les rapports que j’entretiens avec ceux qui m’entourent et le monde extérieur. Le temps s’y prêtait bien et quand on est de bonne humeur et positif, les bonnes ondes attirent les bonnes, et généralement, tout va bien. À l’inverse, lorsqu’on ressasse nos idées noires, on entre dans un cercle vicieux morose sans fin.

Le fait de bouger, sans rien attendre en retour, c’est-à-dire sans s’attendre à voir des résultats immédiats sur notre silhouette ou un bien être immédiat, on arrive vraiment à se ressourcer et à se sentir bien en faisant du sport. Je pense que c’est notre société qui veut ça. L’obtention des efforts et des résultats instantanés et on finit souvent par être obnubilé plus par le but à atteindre que le parcours lui-même que l’on emprunte.

C’est dans cet esprit que ce mois-ci, j’ai entrepris 4 sessions de ballade à vélo d’environ 20km à chaque fois. Le dépassement de soi-même est quelque chose de plaisant. Je pense que c’est un sport très accessible à tous. Moins traumatisant que la course à pieds. Ça nous rappelle l’enfance.

Avant de partir faire du vélo le dimanche, j’ai aussi entrepris la préparation d’un « matcha bowl ». Mais qu’est-ce que c’est que ce truc encore ? Vous vous dîtes comme tout mon entourage.  

J’ai goûté avec Pauline, un Acai bowl chez Season à Paris près de République. On voulait y aller depuis longtemps mais on y a mis du temps parce que c’est un peu loin de chez nous.  C’est une sorte de smoothie à base de banane qu’on a mixée avec un peu de baies Acai sur lesquels on parsème quelques « toppings », ingrédients tels que les graines de courges, un peu de granola etc.

Le matcha bowl, c’est la même chose sauf qu’on y ajoute du matcha thé vert à la place de acai.

N’ayant pas pu le tester chez Season, j’ai essayé d’en faire un chez moi et c’était franchement pas mal. Même si dans ma mission « paraître la moins étrange possible », j’ai reculé d’au moins 50 pas …!

Les toppings s’achètent aisément dans les épiceries bio. Je conseille le Krounchy granola, un peu de coco rapé et les graines de courge. Les fruits rouges se trouvent facilement chez Picard au rayon surgelé. Je préfère nettement les fruits frais mais les surgelés permettent d’en avoir toujours en réserve et à moindre coût.

Préparation : il suffit de mixer dans un blender, 2-3 bananes, un peu de lait ( selon la texture souhaitée mais il ne faut pas que ça devienne un milkshake), ensuite un peu de stévia ( ou de sucre ) + une cuillère de poudre matcha. On verse la préparation dans un bol et on y ajoute les ingrédients que l’on veut dessus. ( Granola, céréales, flocons d’avoine, coco rapé, baies de goji, des fruits rouges, figues etc. ) Faîtes preuve d’imagination 😉

 

 

Silence, ça pousse !  : petite pousse d’Alfalfa 

 
 Ça y est, le maudit mois de février fait place au mois de mars. Qui dit mois de mars dit printemps ! Ce n’est pas encore ça et le temps est toujours déprimant mais ça fait du bien de sentir le printemps arriver petit à petit.

En ce moment, côté nourriture, j’ai une nouvelle lubie. Après les avoir redécouvertes dans le frigo d’une amie il y a quelques jours.

 Les petits pousses d’Alfalfa à manger seules ou à ajouter dans nos préparations, que ce soit dans une salade ou omelette ou en accompagnement.

Ces petites pousses font du bien après un bon repas copieux. Elles apportent un peu de fraîcheur et sont pleines de vertus.

Personnellement, je les adore dans les salades ou je les mange seules avec un peu de vinaigre et d’huile d’olive.

On leur reconnaît des bienfaits notamment parce qu’elles sont pleines de vitamines, de protéines et de minéraux. ( calcium, magnésium, vitamine D etc ).

La prochaine étape serait pour moi de me procurer un bocal à faire germer qui soit pratique et joli en même temps. J’aime bien le fait de pouvoir faire pousser ce que je vais manger chez moi.

Je les achète à la superette bio pour l’instant.

Je vous fait plein de bisous et partage avec vous ma toute bonne humeur. Je suis vraiment ravie de pouvoir remanger comme avant tout en faisant attention. Mon corps réclame des choses saines après avoir eu une forte envie de manger salé puisque je m’en étais privé mais comme on dit, quand on mange bien, on se sent bien ! 🙂

Je vous souhaite de bonnes vacances si vous êtes chanceux ! Xoxo

 

East mamma miiiiia <3 

 Tous les ans, le mois de février est une période un peu charnière pour moi, un tout petit peu rude avec le mauvais temps qui l’accompagne mais c’est aussi une période très riche en anniversaire. Du moins, beaucoup de personnes que j’apprécie sont nées en février. 

Ce mois-ci rime donc avec de nombreuses sorties et soirées, ce qui n’est pas si mal même si j’ai un peu de mal à suivre le rythme d’autant plus que j’entame mon sevrage en corticoïdes. Ce qui est en fait, une très bonne nouvelle ! 

À l’occasion de l’anniversaire de ma copine adorée, on a pu tester – j’ai envie de dire enfin – un autre restaurant de la chaîne Bigmamma, le East mamma dans le 11ème pas loin de Bastille. 

Il est vrai que le côté « branché » des restaurants tendances me rébutent un peu d’habitude, parce que j’ai l’impression que cela leur enlève un peu le côté insolite et  de l’authenticité. Mais, ce restaurant est franchement sympa pour passer une soirée sympa entre amie ou en tête à tête. J’aime bien la déco, le cadre est sympa, même s’il y a un peu d’attente ( ce qui va de paire avec le côté branché ) si vous cherchez un restaurant fétiche, dont vous êtes le seul enfin presque à connaître, passez votre chemin. Le prix est à mon goût un peu trop élevé par rapport aux très bons restaurants italiens que l’on peut trouver à Paris, mais ce restaurant vaut le détour. Les serveurs et serveuses sont sympa, l’accueil est chaleureux et accent italien en prime, on s’y sent vite à l’aise. 

Sans réservation, je vous conseille vivement d’y aller un soir de la semaine ( ce qui ne vous évitera pas forcément un temps d’attente supérieur à 30min) mais laissez votre prénom et votre numéro de portable et allez prendre un petit verre dans les bars aux alentours. Ce n’est pas ce qui manque. 

Je vous conseille la burrata à partager que nous avons vraiment appréciée. ( c’est une amatrice inconditionnelle de la burrata qui vous le dit) et les pâtes à la truffe à condition que vous aimiez ça.

Donc pour résumer le tout, je n’irai pas dans ce restaurant toutes les semaines, mais il vaut le coup pour une petite occasion ou pour un dîner entre amis 😉 
Bonne fin de semaine ! 

  
  

   

Restaurant East mamma : rue du faubourg saint Antoine. Métro : Ledru-Rollin mais accessible à pieds depuis Bastille. 

Recette : plat japonais « Katsudon » Porc pané sur un bol de riz <3 

IMG_4243

 Le « Katsudon » est sans doute l’un de mes plats japonais préférés. C’est un peu le plat que je commande pratiquement tout le temps lorsque je vais manger rapidement dans un des nombreux restaurants japonais de la rue Ste-Anne à Paris. Mais j’ai toujours voulu le préparer à la maison. Récemment, j’ai préparé ce plat pour toute la famille et ils se sont vraiment régalés.

C’est un plat simple composé de « tonkatsu » ( le porc pané à la japonaise), des oeufs un peu pochés dans le « dashi » le tout posé sur un bol de riz. (le « don ») = ça donne le « katsu-don ».

Par exemple, la même chose avec du poulet ça donne le « oyako »-« don ». (oyako veut dire parents parce qu’il y a du poulet et les oeufs ». Tout ce qui fini en général par « don » désigne le bol de riz.

Donc, ma recette consiste à préparer dans un premier temps, le « tonkatsu » le porc pané à la japonaise, ensuite de préparer le « dashi » la petite soupe ( le bouillon ) dans laquelle on introduit des oeufs et le porc pané avant de déposer le tout sur un bol de riz.

Etape n°1 : « Tonkatsu » : préparer le porc pané à la japonaise 

C’est en soi un plat qui peut être servi avec une salade de chou et une soupe miso.

Ingrédients : 

  • les escalopes de porc fines de préférence (on peut très bien utiliser les escalopes de veau) compter une petite escalope par personne
  • la chapelure japonaise le « panko » qui s’achète à l’épicerie japonaise (voir photo)
  • la farine
  • 2 oeufs
  • poivre et sel
"Le Panko" la chapelure japonaise
« Le Panko » la chapelure japonaise

Taillader les escalopes de porc. Les aplatir si nécessaires puis poivrer et saler.

Escalope de porc

Disposer dans 3 assiettes, les oeufs, la farine puis dans la dernière, la chapelure. ( voir la photo).

Disposer les ingrédients dans des assiettes
Disposer les ingrédients dans des assiettes

Tremper les escalopes dans les assiettes dans l’ordre suivant ; farine, oeuf puis la chapelure.

IMG_4220 IMG_4221 IMG_4222

Disposer les escalopes prêtes à frire dans une assiette. Chauffer l’huile dans une poêle. Faire frire les escalopes jusqu’à ce qu’elles soient dorées et la viande cuite. ( important de bien cuir ). Les déposer sur du papier absorbant et les couper en lamelles d’environ 2 cm.

IMG_4219IMG_4228 IMG_4229 IMG_4234

Etape n°2 : préparer le « dashi » et ajouter les oeufs 

A ce stade-là, vous pouvez déjà commencer à préparer le riz. C’est très simple si vous disposez comme moi d’un autocuiseur de riz. Il suffit de rincer le riz et appuyer sur le bouton démarrer.. ! Si vous en avez pas, ce n’est pas grave, cela vous prendre juste un peu plus de temps. Prenez si vous le pouvez, du riz japonais entendu par-là, du riz rond et non le riz Basmati façon Oncle ben..!

Il s’agit de préparer une petite soupe de poireau avec le « dashi » bouillon en poudre dans lequel on va faire pocher des oeufs et le porc pané.  Le tout sera déposé soigneusement sur le riz.

Ingrédients : 

  • le « dashi » en poudre vendu en sachet
  • un peu de sauce soja ( le vrai )
  • un peu de « mirin » saké de cuisine (photo)
  • un poireau coupé en lamelles
  • un peu de sucre (ou de la stévia)
  • les oeufs ( deux par personne)
Ingrédients
Ingrédients

Ajouter de l’eau (environ un verre d’eau par personne) dans une casserole puis verser la sauce soja, le mirin et un sachet de  dashi en poudre. Mélanger puis ajouter les poireaux. Chauffer le tout jusqu’à ce que les poireaux soient cuits. Goutez-la. La soupe ne doit pas être « fade ».

IMG_4232 IMG_4233

Avant de passer à l’étape suivante, préparer les bols et si possible le riz.

IMG_4231 IMG_4239

Disposer dans une autre petite casserole la quantité nécessaire de cette soupe aux poireaux pour un bol.

Chauffer puis ajouter un puis deux oeufs (voir photo ci-dessous) puis déposer le porc pané coupé puis le recouvrir un peu d’oeuf. Refermer le couvercle.

IMG_4244IMG_4240

Une fois les oeufs à peu près cuits ( je les préfères pas trop cuits façon oeuf poché), déposer le tout sur le riz à l’aide d’une pelle. ( c’est plus joli ). Et voilà c’est prêt !!! 😀  J’ai essayé de bien illustrer ma recette et les différentes étapes avec des photos, j’espère que cela vous a aidé. Si vius tentez de le reproduire chez vous, ça m’intéresse de voir le résultat en photo 😉 n’hésitez pas à me taguer sur instagram 😉 

Bonne dégustation !   Midori

Katsudon by Dailydoli
Katsudon by Dailydoli

Food : Préparer un plat japonais : le NIKUJAGA <3

IMG_0171

C’est un plat typiquement japonais que l’on mange à la maison. C’est une sorte de boeuf bourguignon à la japonaise.

Mot pour mot, le Niku-jaga veut dire « boeuf et pommes de terre ».  S’il y a des gens qui le prépare avec de la viande de porc, quand c’est « niku » qui signifie viande, quand ce n’est pas dit « buta » = porc, désigne pour moi la viande de boeuf. En tout cas, ça a toujours été préparé avec de la viande de boeuf donc je fais avec.

Vous pouvez aisément trouver les ingrédients nécessaires en France à commencer par la viande et les légumes. Sinon, il vous faut une bouteille de sauce soja à la maison si vous aimez manger japonais et du Mirin (du saké très doux qui s’utilise en cuisine). Le mien, le vrai mirin comme ils appellent, je l’ai trouvé à la Grande Epicerie de Paris. (cf : photo).

Il vous faut :

  • des pommes de terres
  • des carottes
  • de l’oignon
  • de la viande de boeuf, de préférence fines qui s’achètent au supermarché asiatique ( vers Opéra) ou alors de la viande hachée ou des carpaccios feront l’affaire
  • ajout personnel : j’ajoute une aubergine et une courgette à ma recette. 
  • quelques graines sésames « goma » ( écrasées s’achètent aussi au supermarché) 
  • sauce soja
  • Mirin 
  • « Dashi » une poudre qui donne le goût de poisson « japonais » qui s’achètent en sachets.(Shimaya)
  • sucre ou de la stévia ( je cuisine sans sucre avec la stévia. c’est très bon ainsi. 

Couper les légumes et l’oignon. Faire revenir dans une poêle avec un peu d’huile, d’abord la viande et les oignons émincés, ajouter ensuite les carottes, puis les pommes de terres et à la fin, les aubergines et courgettes jusqu’à ce que les pommes de terre paraissent translucides.

Ensuite, mettre l’ensemble dans une grande casserole ou une marmite. Ajouter de l’eau jusqu’à ce que tout soit immergé.

Ajouter un peu de sauce soja ( au moins 3 cuillères à soupe) , du Mirin, un peu de « dashi » ( la moitié à peu près du sachet ) et un peu de sucre puis mélanger.  La quantité à mettre dépend surtout de la quantité de légumes et de la viande mais en goûtant vous allez retrouver le goût « japonais ».  Vous n’aurez normalement pas besoin de saler puisque la sauce soja est très salée.  Ne me parlez pas de sauce soja sucré puisque cela n’existe tout simplement pas au Japon. Juste pour l’anecdote, il fut un temps, les jeunes japonais buvaient une bouteille de sauce soja pour tomber malade et pour ne pas partir à la guerre. Ajouter quelques graines de sésames pour donner un peu de  goût.

Laisser mariner le tout avec couvercle, à feu doux jusqu’à ce que les légumes soient suffisamment cuits. Puis c’est prêt ! C’est simple n’est-ce pas ? 🙂

Pâtisserie Yamazaki Paris
En dessert, quelques gâteaux de la pâtisserie Japonaise que j’affectionne. Yamazaki Paris

IMG_0172 IMG_0173 IMG_0174

Le Nikujaga se mange avec un bol de riz nature avec quelques autres accompagnements.

Bon appétit !

Je vous laisse quelques adresses où vous pourrez trouver des ingrédients nécessaires :

Epicerie japonaise Kioko : 46 Rue des Petits Champs, 75002 Paris fermée le lundi mais ouverte le dimanche

Epicerie japonaise Kanae : 118 Rue Lecourbe, 75015 Paris ouverte le dimanche   29 Place Maubert 75005 Paris (fermée le dimanche)

La Grande Epicerie de Paris : Rayon japonais

Les autres supermarchés « asiatiques », on y trouve aussi des produits japonais. (Ace mart Rue Ste-Anne 75001 Paris)



Si vous avez des questions, vous pouvez m’envoyer un mail 😉  je vous répondrai en temps utile. Dailydoli003 at gmail (point) com

une photo de moi prise à Kyoto devant un mur recouvert de mousse verte <3
une photo de moi prise à Kyoto devant un mur recouvert de mousse verte ❤

 

un endroit paisible à Kyoto ❤ Ryokan

Food : Ma recette/idée pour le dîner Escalope de veau gratinée aux poivrons

IMG_0511

Je vous parlais récemment de bien manger et surtout moins salé. Je partage avec vous ma recette d’escalope de veau gratinée que je cuisine depuis longtemps avec des produits frais. La première fois que je l’ai préparé, je devais avoir à peine 10 ans.. ! ( ça me vieillit ) !

IMG_0504C’est un plat qui se prépare très bien sans sel pour ceux qui le veulent. ( j’utilise parfois du sel de potassium acheté en pharmacie et ça marche aussi).  C’est un plat qui apporte pas mal de protéines, de légumes de toutes les couleurs. Pas trop de matière grasse si on se limite à quelques pshiit d’huile d’olive et de planta fin.

C’est aussi très facile à préparer en fin de journée après le boulot. Il suffit d’avoir les aliments frais au réfrigérateur.

Il vous faut : 

Des escalopes de veau, des champignons de Paris, des poivrons 3 couleurs, une mozzarella, de l’emmental râpé, des tomates cerises et de l’oignon si vous aimez ça et peut-être quelques feuilles de basilic. (poivre&sel)

  • Préchauffer le four à 180 degré.
  • Laver soigneusement tous les légumes puis les couper, pareil pour les champignons et la mozzarelle. Préparer les escalopes de veau en les effilant avec un couteau pour que la viande ne rétrécisse trop à la cuisson, poivrer et saler. ( je mets quelques herbes à savoir le persil et du basilic).
  • Disposer les escalopes sur une plaque préalablement huilé (planta fin ou huile d’olive). Choisir une plaque qui puisse contenir un peu de jus parce que à la fin de la cuisson il y aura un peu d’eau. 1cm.  Disposer sur les escalopes, tout d’abord des fines tranches de mozzarelle, puis les champignons et légumes puis parsemer l’ensemble avec un peu de fromage râpé. Repoivrer et saler si nécessaire. (persil) et déposer quelques feuilles de basilic.
  • Mettre la plaque au four à 180 pendant 15min et à 160 pendant 5min.  Et c’est prêt.

Quel accompagnement pour ce plat ?

J’accompagne les escalopes avec un peu de pâtes fraîches Papardelle crème basilic mais le riz ou un écrasé de pomme de terre fera l’affaire.

Bonne dégustation !

M

Laver et couper tous les légumes
Laver et couper tous les légumes
IMG_0491 IMG_0495